Le Cantal tisse un grand réseau de chaleur au bois

Christel Jacson/PAP

L'association Bois énergie 15 tenait son assemblée générale le 25 juin au Vigean. Cette commune songe à installer un réseau de chaleur au bois.

Depuis plusieurs années, de nombreux particuliers se convertissent au bois énergie dans un contexte où les énergies fossiles sont en constante inflation. S'ils étaient très encouragés jusqu'à présent par l'État, le crédit d'impôt est passé récemment de 40 à 25 % de l'investissement, et le Conseil général accorde désormais son aide uniquement sous condition. Parallèlement, de nouvelles collectivités locales s'intéressent aux réseaux de chaleur et font de plus en plus appel à l'expertise de l'association Bois énergie 15. Si la Châtaigneraie a longtemps été innovante sur ces équipements, le nord Cantal est en train de rattraper le retard. Des réseaux de chaleur sont en projet au Vigean, au Monteil, à Vebret ou à Champs-sur-Tarentaine. Par ailleurs, le conseil municipal de Riom-ès-Montagnes a voté, la semaine dernière, la réalisation d'un réseau de chaleur reliant différents bâtiments publics (collège, clinique du souffle…). Dans un second temps, la ville proposera le raccordement aux habitations proches du réseau. “La structuration de la filière est arrivée à une phase de maturité grâce au développement de chaufferies de forte puissance assurant un plus important volume d'activité”, déclarait Christian Meiniel, président de l'association Bois énergie 15. Par exemple, les scieurs du Cantal (Avenir bois énergie), la coopérative privée Unisylva et l'ONF se sont regroupés pour approvisionner les chaudières de l'hôpital d'Aurillac. La filière sera encore solidaire pour alimenter le futur équipement de Saint-Flour qui représentera le double de la capacité des chaudières d'Aurillac, soit 140 mètres cubes par jour.

Développement des granulés


Avec 31 660 tonnes de combustibles bois produites et consommées dans le Cantal en 2009, la filière du bois-énergie représente 30 emplois locaux directs à plein temps. La filière bois cantalienne produit essentiellement du bois déchiqueté, le bois granulé étant importé des départements voisins à raison de 456 tonnes par an. Pour huit dossiers de chaudières au bois déchiqueté pour particuliers, l'association Bois énergie 15 a accompagné 35 dossiers de chaudières à granulés de bois. Aujourd'hui, on compte dans le département 97 chaudières à bois déchiqueté et 86 chaudières à granulés en fonctionnement. “L'association défend le bois déchiqueté. Le territoire produit peu de granulés par manque de ressources en sciure. Comme nos maisons anciennes ont beaucoup de déperditions énergétiques, le bois déchiqueté est plus adapté”, expliquait la directrice, Annick Garsault.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier