Le CESE plaide pour la défense des terres agricoles en France

Le CESE plaide pour la défense des terres agricoles en France

Le Conseil économique, social et environnemental(CESE) plaide pour la défense des terres agricoles contre la pressionurbanistique mais aussi contre l'appauvrissement des sols, dans un projetd'avis rendu public mercredi.

"La préservation de la vocation nourricière des sols agricoles métropolitains et ultramarins, le maintien de leur qualité agronomique et la sauvegarde de leur bon fonctionnement apparaissent comme autant d'enjeux primordiaux pour notre société", selon le CESE qui y répond par une série de préconisations. Pour préserver la qualité des sols, qui abritent une part importante de la biodiversité, le Conseil "milite pour le développement de la recherche et de l'expérimentation sur les pratiques améliorant l'état des sols" comme l'agroécologie et l'agroforesterie ou encore la réimplantation de haies et de prairies. Le rôle des sols en matière de séquestration de carbone et de lutte contre le changement climatique "gagnerait à être valorisé", ajoute le CESE qui soutient le programme de recherche international "4 pour 1000" dont le ministère de l'Agriculture a récemment annoncé le lancement et qui vise à augmenter chaque année dans cette proportion la teneur en matière organique des sols.   

"Améliorer la cohérence"

Dans ce cadre, le CESE met l'accent sur la "nécessaire implication des agriculteurs et il promeut les stratégies d'interactions avec les chercheurs". En ce qui concerne la protection du foncier agricole, de nombreux textes législatifs et réglementaires ont d'ores et déjà été élaborés, mais le CESE estime que les compétences devraient être "mieux définies" pour en "améliorer la cohérence". Il faut également "exploiter davantage les dispositifs de protection des terres agricoles existants". Le CESE insiste particulièrement "dans le cadre de la réforme territoriale en cours, sur la nécessité de redéfinir les clauses de compétence en matière d'urbanisme, au niveau adéquat, c'est-à-dire celui où doivent être décidés des aménagements cohérents et utiles à l'échelle d'un bassin de vie". Ainsi, les permis de construire en zones périurbaines ou rurales "devraient désormais relever des intercommunalités" pour limiter le mitage préjudiciable au secteur agricole, ajoute le CESE. Le Conseil estime également qu'il serait bénéfique de s'inspirer des exemples belges ou suisses en ce qui concerne la consultation de la population locale pour certains projets d'aménagements. Le CESE s'associe également aux préconisations formulées par le CES européen pour lutter contre l'accaparement des terres et "milite pour une nouvelle répartition de portage du foncier agricole via la création de produits financiers réglementés innovants".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires