Le Concours général distingue ses jeunes pointeurs

Raphaël Lecocq

Le Concours général distingue ses jeunes pointeurs
Pour la race Abondance, Joris Girard-Despaulex a remporté le premier prix.

Les Trophées du meilleur pointeur récompensent des élèves de l’enseignement agricole, qui s’initient à la morphologie des animaux reproducteurs. Illustration avec la race bovine Abondance.

C’est en quelque sorte un concours dans le concours. Le Concours général agricole distingue les meilleurs produits et les meilleurs animaux reproducteurs. Mais pour pouvoir jauger et juger la qualité des produits, encore faut-il disposer d’un palais et/ou d’un œil averti. C’est ce à quoi prépare le Concours de jugement des animaux par les jeunes. Les jeunes lauréats ne seront pas nécessairement pointeurs au Concours général agricole dans les années à venir. Et pour cause : certains seront éleveurs, et se retrouveront de l’autre côté de la barrièr, et leurs animaux jugés par des pointeurs, jeunes et moins jeunes. Dans tous les cas, le concours permet de sensibiliser les jeunes à l’importance de la morphologie des animaux reproducteurs.

Le lycée professionnel agricole de Poisy à l’honneur

Bovins, équins, ovins, caprins : telles sont les espèces concernées par le concours des jeunes pointeurs. A titre indicatif, en 2010, 39400 élèves ont participé aux épreuves départementales et 500 se sont affrontés en finale à Paris. En 2012, la race Abondance mettait aux prises 7 jeunes pointeurs, qui ont eu à juger les plus beaux spécimens de la race sur près de 25 critères dans 5 catégories (corps, bassin, aplombs, mamelle, aspect général et valeur bouchère). Joris Girard-Despaulex a remporté le premier prix, devant Robin Missillier et Romain Bouvier. Tous trois sont élèves au lycée professionnel agricole de Poisy (74).

jeunes pointeurs2

Joris Girard-Despaulex a remporté le premier prix, devant Robin Missillier et Romain Bouvier. Tous trois sont élèves au lycée professionnel agricole de Poisy (74).

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier