le de France : Opération « Campagne morte » le 25 mars

SC

Pour manifester leur désaccord aux décisions prises dans le cadre de la réorientation des aides PAC, les agriculteurs franciliens lancent l'opération «Campagne morte» le mercredi 25 mars.

Une mobilisation générale est lancée pour mercredi 25 mars. En plus de la manifestation organisée à Paris par la FRSEA de la Région Nord Bassin Parisien (13 départements), certaines entreprises du secteur agricole (coopératives, organisations professionnelles, concessionnaires…) seront également fermées. Les JA de la région Nord se joindront à la manifestation sur le champ de mars à Paris, qui devrait rassembler plusieurs milliers d'agriculteurs.
« Les conséquences des mesures engagées par Michel Barnier dans le cadre du bilan de santé de la Pac engendreront une baisse du revenu et des capacités d'investissement des exploitants céréaliers pouvant aller jusqu'à 50 %.» déclarent dans un communiqué commun la Fédération des exploitants agricole, les Jeunes agriculteurs et la Chambre d'agriculture d'ïle de France.

Une baisse des indemnités comprise entre 100 et 120 €/ha

Ils estiment que les orientations nationales prises par le Ministre de l'Agriculture sur la base du bilan de santé négocié mettent gravement en péril la situation des exploitations de la région en induisant dès 2010 une baisse des indemnités comprise entre 100 et 120 €/ha.

«Dans la mesure où la surface moyenne des exploitations franciliennes en céréales et oléoprotéagineux est d'environ 120 ha, la réduction de chiffre d'affaires par exploitation sera donc comprise entre 9 000 et 15 000 €, soit une chute de 50 à 70% du revenu disponible.»

Les céréaliers se disent choqués des réflexions du bilan de santé, basées, selon eux, sur les prix exceptionnellement hauts en céréales de la campagne 2006-2007. Selon eux, pour compenser la perte induite par les prélèvements contenus dans le Bilan de santé de la PAC, il est nécessaire que le prix du blé se maintienne au minimum à 180 €/t, alors qu'il est actuellement inférieur à 130 €/t.


La colère gronde dans les campagnes franciliennes, comme dans le Vald'Oise (photo JA)

La colère gronde dans les campagnes franciliennes, comme dans le Vald'Oise (photo JA)

 

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier