Le Débat de Terre d'Infos : L'agriculture face à ses jeunes pousses

Benjamin RAIMBAULT, étudiant AgroParisTech

C'est un cri d'alerte poussé par la communauté agricole qu'a révélé le sondage diffusé pendant le salon sur pleinchamp.com : 80% des agriculteurs déconseillent à un jeune de s'installer. Trop de contraintes ? Trop de travail ?

Non, pour Monsieur Ferey, vice-président de la FNSEA, c'est surtout le doigt accusateur de la société, fustigeant le monde paysan au moindre écart qui détruit la motivation indispensable pour se lancer. Comme le rappelle Monsieur Schaeffer, vice président des jeunes agriculteurs, agriculteur lui-même et ingénieur de formation, le métier d'exploitant reste un choix dont les contraintes sont parfaitement connues. Car embrasser la carrière c'est également embrasser les 70 heures hebdomadaires, une disponibilité à toute heure pour un revenu parfois médiocre. Ce qui effraie le plus la jeune génération, c'est bien l'isolement et l'inaccessibilité aux loisirs. Pour lutter contre cet esseulement, les JA se sont associés au ministère de l'agriculture, représenté par Monsieur Buer, afin d'épauler les jeunes dans leur installation.

Les invités du plateau de Terre d'Infos sont unanimes, il faut rompre avec l'image bucolique de la ferme isolée transmise de génération en génération. La profession attire de plus en plus de « rurbains », ainsi 30% des nouvelles exploitations en pays de Loire sont gérées par des personnes n'appartenant pas au milieu agricole. Loin du cliché de l'exploitant autodidacte, ce sont des jeunes diplômés et formés à des techniques agricoles, économiques et environnementales qui viennent grossir les rangs de l'agriculture française.


Si l'agriculture manque de main d'oeuvre, elle ne manque pas d'attirer la jeunesse: 175.000 lycéens agricoles, dont la moitié sont des filles, et 13.000 ingénieurs agronomes sont formés, partageant la même passion du vivant et le désir de participer à ce qui est aujourd'hui un des principaux défis : nourrir le monde tout en préservant la planète. Le secteur offre une palette de plus de 200 métiers, rassemble 3 millions d'actifs pour 600 000 exploitations. Les organismes agricoles lancent de nombreuses campagnes pour diffuser un message simple et clair : 95% des exploitants qui s'installent réussissent leur pari.

Devenir exploitant c'est être chef d'entreprise, travailler avec les banques, les assurances, l'industrie de transformation. Des emplois sont à pourvoir, et aidés de l'APECITA et de l'ANEFA, de nombreuses carrières sont possibles.

Redonner ses lettres de noblesse à l'agriculture et surtout lui redonner une image sereine, tel est le défi pour la jeune génération.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier