Le Débat de Terre d'Infos : Quelle PAC pour demain ?

Vincent TRAN, étudiant AgroParisTech-Centre de Grignon

Bilan de santé oblige, la PAC est une nouvelle fois examinée lors du débat de Terre d'Infos. Son état actuel et son orientation post 2013 sont passés au crible par Claude Carré et ses invités.

Aujourd'hui, la PAC est trop dépendante des fluctuations de marché, pas assez flexible, et manque d'équité entre les filières. Le Ministre de l'agriculture Michel Barnier dénonce les dangers de l'ultralibéralisme dans le domaine alimentaire : «Nous ne devons pas aller plus loin dans le démantèlement des outils de régulation ». La tendance serait même à un retour de ces outils comme le demande Régis Hochart, Porte Parole de la Confédération Paysanne, qui dénonce le tournant libéral amorcé par la PAC dès 1992.

Les opinions s'accordent pour les orientations à prendre en 2013 : une diminution de la part des aides directes dans le revenu des agriculteurs ce qui suppose une répartition plus équitable de la valeur ajouté au sein des filières tel que le souligne William Villeneuve , Président des Jeunes Agriculteurs. Des systèmes de régulation efficaces permettant d'éviter la crise de certaines filières en cas de baisse du marché seront également nécessaires. Enfin Luc Guyau, Président de l'ACPA, insiste sur le fait que les producteurs ne pourront pas être sur un pied d'égalité tant qu'un filtre régulateur ne sera pas installé aux frontières corrigeant l'hétérogénéité des conditions de productions.

En attendant plusieurs mesures ont été annoncées dont une réorientation des aides notamment vers l'élevage et le biologique, ou encore la « Politique Herbe » favorisant les productions à base d'herbe. Des aides d'urgence aux filières ovine et porcine seront également nécessaires. Mais pour bien préparer 2013, «il faut bouger les lignes» selon Jean-Michel Lemetayer, Président de la FNSEA, afin que soient prises en considération les réalités actuelles d'une France ayant autant de modèles agricoles que de territoires.

Reste à trouver des alliés au sein de l'Union Européenne sur des priorités comme le biologique et surtout l'indépendance alimentaire. La France parle d'une voie relativement uniforme quant aux orientations futures de la PAC, un bon point, plus que 26 pays à convaincre.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires