Le glyphosate interdit en France pour tous les usages d'ici la fin du quinquennat (Castaner)

Le glyphosate interdit en France pour tous les usages d'ici la fin du quinquennat (Castaner)

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a annoncé lundi que le Premier ministre avait "arbitré" pour que ledésherbant controversé glyphosate "soit interdit en France d'ici la fin duquinquennat" pour tous les usages, y compris en agriculture.

"Le Premier ministre a (...) arbitré pour faire en sorte que ce produit soit interdit en France, ainsi que tous ceux qui lui ressemblent et qui menacent la santé des Français, d'ici la fin du quinquennat", a déclaré M. Castaner sur BFMTV et RMC. Le porte-parole a répondu par l'affirmative à la question de savoir si l'interdiction concernerait tous les usages, y compris par les agriculteurs. "Aussi, avec cette volonté d'investir et de trouver des produits de substitution, nous savons que nous pouvons le faire", a -t-il dit. Interrogé sur la possibilité qu'il n'y ait donc plus de glyphosate en France avant la fin du quinquennat, il a répondu: "C'est l'engagement qu'Edouard Philippe confirmera dans les heures qui viennent et l'arbitrage qu'il a rendu ce week-end". Matignon a indiqué lundi matin que le Premier ministre avait demandé aux ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique de lui présenter "les conditions d'un plan de sortie" du désherbant controversé pour l'usage agricole "avant la fin de l'année".  

"la justice et l'Histoire nous rattraperont"

En matière d'usages non agricoles, l'utilisation du glyphosate par les collectivités dans les espaces ouverts au public "est déjà interdite en France depuis le 1er janvier 2017", a rappelé Matignon, tandis que l'utilisation par les particuliers "sera interdite à partir du 1er janvier 2019". Matignon a également rappelé l'opposition de la France à la proposition de la Commission de réautoriser le glyphosate dans l'Union européenne pour 10 ans. "C'est une durée trop longue compte tenu des incertitudes qui subsistent sur ce produit et la France votera contre cette proposition, comme elle l'a clairement indiqué dès le mois de juillet", selon le communiqué. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait suggéré vendredi que la France propose de prolonger de "cinq à sept ans" l'autorisation de l'usage du désherbant controversé au sein de l'UE, au lieu des dix ans souhaités par la Commission. Dans une interview au quotidien Ouest France samedi, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot avait affirmé que "la justice et l'Histoire nous rattraperont" si rien n'est fait pour remédier au problème phytosanitaire. "Au prétexte que c'est compliqué, doit-on continuer à mettre le sujet sous la table?", avait-il demandé.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

PàgraT

Hulot n'a rien d'intègre ; sa marque "ushuaïa" lui rapporte des subsides conséquents malgré la présence de perturbateurs endocriniens dans les produits concernés, son goût prononcé pour les gros bolides ( voitures et bateaux) et les voyages en tous sens sur la planète est bien connu ! Peut mieux faire pour un ayatollah vert non ? Je crains que notre premier ministre de l'agriculture ne soit pas un paradoxe près; les contraintes environnementales, c'est surtout bien pour les autres !

eleveur61

Mr le ministre HULOT est surement intègre et honnête donc en interdisant le glyphosathe en France il interdira toutes importations d'aliment ayant subit un traitement au glyphosathe Dans le cas ou il accepterai les importations cela impliquerai qu'il ne croit pas ce qu'il écrit et la personnalité qu'il s'est créé ne représenterai plus rien ,aucune crédibilité Mr le ministre assumé vos actes.

BOXES259

on est tout simplement foutu !!!

cedric

Soi l'interdiction est mondiale, soi on nous paye les récoltes à un prix supérieur. Autrement c'est de la concurrence déloyale.

gib

Si le glyphosate est interdit pour sa dangerosité , demain tous les produits phytos le seront et là ça sera TRES compliqué!! D'autant que je ne vois AUCUN moyen financier , technique et autres pour compenser des pertes qui ne seront pas un risque mais une CERTITUDE ( en quantité et en qualité )
Une telle transition ne pouvait se réussir que dans la durée , en l'imposant à marche forcée , vous porterez la responsabilité de ses revers et de la disparition de milliers d'agriculteurs !! Tout ça pour laisser votre nom dans l'histoire !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires