Le glyphosate sera interdit en vente libre aux particuliers dès 2016

SC avec AFP

Le glyphosate sera interdit en vente libre aux particuliers dès 2016

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal veut interdire dès le 1er janvier 2016 la vente en libre-service aux particuliers des herbicides contenant du glyphosate. La vente assistée de ces produits, au comptoir, restera autorisée.

Un "amendement à la loi de transition énergétique interdira le glyphosate en vente libre au 1er janvier 2016", a-t-elle indiqué mardi à l'occasion d'un déplacement dans une jardinerie du Val-de-Marne, à Bonneuil, en région parisienne. Le glyphosate est le premier désherbant utilisé par les jardiniers amateurs en France. C'est le principe actif du Round Up, un produit phare du groupe américain Monsanto.

Les particuliers pourront continuer à se fournir en pesticides contenant du glyphosate mais "ce sera une vente assistée, une vente au comptoir comme dans une pharmacie", a expliqué le président du groupe Jardiland, Thierry Sonalier, qui accueillait la ministre.

Ségolène Royal a également vanté le principe appliqué dans le commerce de Bonneuil de séparer les pesticides et les désherbants naturels en deux rayons.

Le plan Ecophyto 2 du gouvernement, qui vise à réduire de 50% l'utilisation des pesticides en France d'ici 2025, prévoyait déjà la fin en 2018 de la vente en libre-service aux particuliers de tous les produits phytosanitaires (produits chimiques pour les plantes). Les magasins "qui se mettront en adaptation à la loi" avant son entrée en vigueur "obtiendront des aides financières dans le cadre du plan Ecophyto", a précisé Ségolène Royal. Par ailleurs, la loi Labbé interdit l’utilisation de produits phytosanitaires par les particuliers, à partir de 2022.

L'amendement sera déposé au Sénat lors de l'examen en juillet du projet de loi sur la transition énergétique. Il ne concerne en revanche pas l'usage professionnel du glyphosate.

Ce produit est le premier désherbant utilisé par les jardiniers amateurs - qui sont quelque 17 millions en France. Au total, 2.000 tonnes de cette substance sont utilisées chaque année par les particuliers, et 8.500 tonnes par les agriculteurs et autres professionnels.

Sur le même sujet

Commentaires 15

ok ...

fin de l'agriculture tres intensive ? faudra en parler a mmrs leclerc et ses copains qui demandent des prix toujours plus bas .... voir le prix du lait et notamment le lait de chevre qui a ruiné bien de familles ..pas etonnant s'il y a beaucoup d'enfants issus de la ville en ecole agricole , mais espérons que ce ne sera pas une voie sans issue economique... le métier est difficile et loin de certaines images simplistes...

pipi

encore et encore des annonces mais les mentalités changent !!!
fini l' agriculture très intensives et ces dérives
vive le bio et l'agri raisonnée !!
merci Ségolène !!!

AIGLE201

c'est vrai ou encore de la com. comme le tarif des autoroutes et le nutella ?

hbz

Si les villes et les communes ont commencés à changer les techniques de désherbage, il n'y a pas de raison que les particuliers ne changent pas.
Moi , je serais encore plus dur que Ségo, je ferais les particuliers se présenter au certiphyto.
Ne nous plaignons pas que la campagne soit de plus en plus gèrée par des gens qui habitent en ville.Depuis des années la profession agricole n'encourage plus ses propres enfants d'agriculteurs à rester dans le milieu (plus que 20% en lycée agricole) .....

dob

@ scarlus : "nos campagnes sont gérées par des gens qui habitent en ville..."
C'est vrai. La domination urbaine existe, mais elle n'est pas un argument passe partout : c'est aussi la domination urbaine (technocratique et bureaucratique) qui a imposé le glyphosate.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier