Le mauvais temps inquiète maraichers et céréaliers

S C avec AFP

Le mauvais temps  inquiète  maraichers et céréaliers
Dans l'Hérault ou le Gard, la récolte de cerises commence avec 15 jours de retard (DR)

Si les pluies de printemps ont regonflé les nappes phréatiques, elles commencent à devenir dommageables aux productions viticoles, maraichères et arboricoles. Pour les céréales, les conditions climatiques du mois de juin seront déterminantes.

Reconnaissant  le «retard à la fois sur la pollinisation et sur la maturation», Stéphane Le Foll a affirmé, lundi à Bordeaux, que les températures inférieures à la normale et les précipitations avaient  des conséquences que  l’on commençait  à percevoir chez certains maraîchers, producteurs de fruits et viticulteurs. «On a une crise climatique qui arrive mais on en a jamais la mesure avant d’en faire l’évaluation», a souligné le ministre.

Fruits et légumes :  un retard de 2 à 3 semaines

Les productions de fruits et légumes accusent un retard de deux à trois semaines. "Ce n'est pas encore la catastrophe mais il y a de quoi s'inquiéter au regard des prévisions météo pour les semaines à venir", résume Emmanuel Demange, directeur de la Fédération des producteurs de fruits et légumes (FNPF).

Pour le melon par exemple, les plantations ont eu lieu en temps voulu, mais le "cycle végétatif est retardé dans tous les bassins de production", souligne Bernard Miozzo, responsable de l'interprofessionnelle qui espère une hausse  des températures dans la quinzaine. "Si ça dure 15 jours de plus, ça va devenir catastrophique", dit-il. Sa crainte n'est pas un "choc de production", mais plus un décalage de récolte qui amènerait la grande distribution à s'approvisionner chez les voisins (Maroc, Espagne) à prix cassés.

Dans l'Hérault ou le Gard, la récolte de cerises commence avec 15 jours de retard, mais elle n'a pas démarré dans le Vaucluse.  Plus au nord, ce sont les cultures sous serre qui sont gravement pénalisées par le manque de lumière et de chaleur : producteur de concombres près d'Orléans, Jean-Pierre La Noué estime à "environ 30%" le déficit de sa production - et à au moins autant celui des consommateurs sur les produits de saison : asperge, fraise ou tomate...  "On utilise plus de chauffage pour moins de la moitié de production" explique-t-il.

« Mieux vaut une récolte tardive qu'un coup de chaud trop rapide"

Côté céréales,  le retard végétatif par rapport à 2012 est estimé en moyenne à 22 jours pour le blé. Rémi Haquin, président du conseil spécialisé de la filière céréalière de FranceAgrimer, refusait  toutefois de tomber dans le pessimisme la semaine dernière : « II est encore trop tôt" pour évaluer le potentiel de récolte, "les conditions climatiques du mois de juin seront déterminantes. Mieux vaut une récolte tardive qu'un coup de chaud trop rapide", a-t-il estimé.

Au 13 mai, d’après  les observations de FranceAgriMer, le stade épiaison du blé  était atteint pour seulement 8% des cultures contre 27% l’an passé à la même date. En revanche, les conditions de culture étaient  encore jugées «bonnes à très bonnes» pour 67% des parcelles (contre 69% l’an dernier), avec de fortes disparités régionales.

Pour les maïs, tournesol et sorgho qui n'ont pas été semés avant la fin avril, tout va se jouer pendant la période estivale. Si l’été n’est pas trop sec, ce mois de retard n'aura pas de conséquences graves. Dans le cas contraire, la période critique de la floraison pourrait tomber en période trop sèche et  le rendement pourrait s’en ressentir.

Sur le même sujet

Commentaires 4

Stan

Dans l est de la France , l automne a déjà été très humide ,une partie des semis de céréales d hivers étaient mal implantés .Ce printemps avec le manque d ensoleillement ,températures froides et excès d eau toutes les cultures sont en souffrance .p

agrimax

Actuellement c'est marée haute en limagne Nord,

CANTALOU

Pour ma part, les semis de maïs sont réalisés ainsi que l'ensilage d'herbe. Mais pour certains de mes voisins, rien n'est fait. Côté céréales, elles auront certainement du retard. Le problème est qu'il n'arrète pas de pleuvoir depuis une semaine. Au total, c'est plus de 150mm qui sont tombés! On est pas prêt à revenir dans les champs.

Pleinchamp

Et chez vous ? Dans quel état sont vos cultures ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier