Le meurtre de la truffière de Grignan, fin 2010, jugé aux assises

Un meutre qui s'est déroulé sur fond de "guerre des diamants noirs" (DR)

Armé d'un fusil à pompe, il avait tiré deux fois sur un homme surpris dans sa truffière, quelques jours avant Noël 2010, sur fond de "guerre des diamants noirs": un agriculteur de 37 ans comparaît à partir de mardi devant la cour d'assises de la Drôme.

Mis en examen dans un premier temps pour "assassinat", Laurent Rambaud, qui a effectué 12 mois de détention provisoire, sera finalement jugé pour "meurtre", l'instruction n'ayant pas retenu la préméditation. Il encourt 30 ans de réclusion.

Le drame était survenu à Grignan (Drôme), le 20 décembre 2010, à une période de vives tensions entre voleurs de truffes et producteurs de ce tubercule de luxe, qui se négocie entre 800 et 1.000 euros le kilo au moment des fêtes.

Se plaignant de vols à répétition, Laurent Rambaud, alors président des Jeunes agriculteurs de la Drôme, pompier volontaire, agriculteur et exploitant de truffières, avait décidé ce soir-là de se rendre sur le terrain familial, armé d'un fusil chargé de deux cartouches.

Après avoir traversé plusieurs parcelles, il avait surpris un homme tenant un objet dans une main et accompagné d'un chien. Le prenant pour un voleur de truffes, Laurent Rambaud s'était accroupi, puis il avait ouvert le feu alors que l'homme se tenait debout, à une quinzaine de mètres. Croyant l'homme armé, il avait tiré un second coup.

La victime a été très vite identifiée: Ernest Pardo, 43 ans, très connu localement comme chercheur de truffes chevronné, surnommé "Néné" ou "grands pieds" à cause des traces qu'il laissait sur son passage.

Ce drame avait réveillé les passions et délié les langues. Deux jours après les faits, au marché truffier de Richerenches (Vaucluse), le plus important d'Europe en volume, les producteurs avaient exprimé un soutien sans faille au tireur. Tandis qu'à Saint-Paul-Trois-Châteaux, 300 personnes avaient défilé pour "Néné" qui "ne méritait pas d'être tué comme un chien".

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

dob

un simple coup en l'air aurait suffit ! Là c'était tirer pour tuer.
Je penses que le tireur regrette à présent.

common

C'est bien sur la question: "La propriété privée correspond au droit d’user, de jouir et de disposer d’une chose de manière propre, exclusive et absolue"
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Propri%C3%A9t%C3%A9_priv%C3%A9e)
Et Laurent Rambaud a pris ca au serieux: en tuant le voleur, il l'a exclu definitvement de sa truffiere et des ses fruits de son travail...
Il etait tres consequent et ca plait aux collegues entrepreneurs. Peut-etre tu as raison - cette logique doit etre le chemin du bonheur entrepreneurial.


pietin 113

à common:il n'est pas question de propriété privée mais de defense du fruit d'un travail,est tu du genre à bonnement léguer ton salaire aux bonnes œuvres? pour le moin que tu en ais un!

common

Non, mais les amateurs de la propriété privée comme toi semblent être toujours prêts a voler la vie ou une main (d'un voleur). Peut-être tu trouveras ton bonheur dans un pays comme l'Irak?
De toute façon: bienvenu dans la civilisation moderne!

pietin 113

Le vol est il plus légal que le meurtre?
Qui à cherché qui?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier