Le nouveau numéro de pacage perturbe les avances PAC

T.Guillemot

Le nouveau numéro de pacage perturbe les avances PAC
Nathalie Lepelletier est en colère : “cette avance de trésorerie devait nous permettre de payer nos factures en retard”. - © TG

Malgré les engagements pris par le Premier ministre en mars dernier au congrès de la FNSEA, la procédure d'apport de trésorerie remboursable (avance PAC) connait des bugs. FDSEA et JA du Calvados montent au créneau.

"Cet argent, on en a besoin, surtout dans la conjoncture actuelle. J'avais prévu de payer des factures avec.” Nathalie Lepelletier, producteur de lait à Asnières-en-Bessin, ne décolère pas. Elle avait cru en la parole du Premier ministre qui, en mars, avait promis pour le 1er octobre le versement d'une avance de trésorerie équivalente à 50 % du montant des aides PAC. Calculette en mains, elle arrive à peine à la moitié de la moitié, c'est-à-dire un petit 25 %. Comment dans ces conditions payer les fournisseurs et tenir des engagements pris parce que l'on a cru en la parole du gouvernement ?
La moitié de la moitié
Il semblerait en fait qu'une avance “forfaitaire” se soit substituée à l'avance de “50 %” sans plus de communication. Parallèlement, l'exploitation de Nathalie est passée du statut d'EARL à celui de GAEC en cours d'année avec changement de numéro de pacage. L'informatique a mal digéré cette évolution. “Ce n'était franchement pas l'année de nous faire un coup pareil”, s'exclame-t-elle.
FDSEA et JA écrivent au préfet
FDSEA et JA se sont saisis du dossier en adressant un courrier au préfet . “Le Premier ministre s'était engagé en mars au congrès de la FNSEA à ce que le retard pris dans les déclarations PAC n'impacte pas la trésorerie des exploitants en fin d'année. Il est regrettable que cet engagement ne concerne pas la totalité des exploitations”, dénoncent Jean-Daniel Lecourt et Patrice Lepainteur . A l'heure où il manque 50 M€ dans les caisses de la Ferme Calvados, FDSEA et JA attendent une réaction rapide.
Si vous êtes concernés par ce dysfonctionnement, n'hésitez pas à appeler le 02 31 70 88 16.

Source l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier