Le progrès, sans perdre son autonomie

Conseil National CERFRANCE POSTEC

Le progrès, sans perdre son autonomie

Le progrès technologique n’est pas sans conséquence sur la gestion de l’exploitation et le pouvoir de décision de l’exploitant. Son degré d’autonomie et les compétences doivent être au centre de la réflexion.

Les nouvelles technologies envahissent désormais l’agriculture.

Les derniers salons de l’agriculture et du machinisme agricole témoignent de ce nouveau phénomène, qui, sans devoir révolutionner les pratiques, devrait néanmoins contribuer à les améliorer sensiblement.

Confrontée pour son avenir a deux challenges que sont la compétitivité et le respect de l’environnement, l’exploitation agricole, qu’elle soit de polyculture ou d’élevage, ou les deux, devra un jour ou l’autre se familiariser avec cette forme d’évolution technique. Mais ce progrès n’est pas sans Conséquence sur la gestion de l’exploitation, le pouvoir de décision de l’exploitant et en particulier son degré d’autonomie et les compétences dont il devra faire preuve. 

Prenons l’exemple de l’élevage laitier. Si les distributeurs automatiques de concentres sont connus et utilises depuis longtemps, le développement des robots, des détecteurs de chaleur, des détecteurs de vêlage, des capteurs de ruminante, etc.

Conduisent souvent l’éleveur à une certaine dépendance envers le fournisseur pour le suivi du troupeau. En culture, ce passage oblige est probablement encore plus net. Les systèmes de coupure de tronçon sur les pulvérisateurs et plus généralement les systèmes de guidage ainsi que tous les systèmes d’aides à la fertilisation (Farm Star, N tester, drones,...) permettent, au travers de l’optimisation des quantités d’intrants et des passages d’outils, des économies substantielles et un confort pour l’exploitant. De plus, en supprimant les surdosages, l’effet bénéfique pour l’environnement est incontestable. Mais l’installation et la maintenance de balises de ces systèmes de guidage précis ne sont pas à la portée de tous : c’est le revers de la médaille. Les organismes stockeurs, qui sont à la fois les clients et les fournisseurs des agriculteurs, ont bien compris l’intérêt de jouer les intermédiaires et ont saisi l’aubaine de mieux fidéliser les agriculteurs en leur proposant des abonnements.

Par ailleurs, certaines sociétés proposant des systèmes de guidage ont créé des partenariats avec des constructeurs de tracteurs. Les systèmes n’étant pas forcement compatibles entre eux, la dépendance de l’exploitant envers son concessionnaire en est renforcée et l’utilisation de marques différentes devient difficile à gérer.

De nouvelles compétences sont nécessaires

Pour les agriculteurs, cette évolution technologique nécessite également une bonne maîtrise de ces nouveaux outils avec un minimum de compétences en informatique et souvent des formations obligatoires pour acquérir cette maîtrise. Pour autant, il est illusoire d’imaginer pouvoir s’appuyer exclusivement sur ces nouvelles technologies pour conduire son exploitation. Quelques exemples notoires de catastrophes dues à une confiance aveugle dans la technique sont connus. Rien ne peut remplacer le coup d’œil et l’observation du troupeau ou des cultures par l’exploitant, surtout en cas de défaillance du matériel.

Il est probable aussi que le développement de ces nouvelles technologies ne sera pas sans poser à terme quelques problèmes juridiques lies a la propriété intellectuelle concernant les données chiffrées ou photographiques recueillies dans les mémoires des différents fournisseurs. Quelle sera la confidentialité autour de ces éléments recueillis auprès de l’agriculteur ?

En matière de fertilisation, les notions d’outils de diagnostic ou d’aides à la décision (OAD) sont couramment employées. Il faut bien considérer comme telles toutes les nouvelles technologies qui se développent en agriculture. Bien maîtrisées par les agriculteurs, elles ne pourront que valoriser encore plus leurs compétences agronomiques ou zootechniques et les aider à gérer toujours plus efficacement leur entreprise.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier