Le secteur agroalimentaire s'engage à lutter contre le travail dissimulé

Le secteur agroalimentaire s'engage à lutter contre le travail dissimulé
Jean-Marc Ayrault a visité le salon dans une ambiance plutôt bon enfant.

Les différentes organisations syndicales et professionnelles de l'agroalimentaire français se sont engagées lundi, au Salon de l'agriculture, à lutter contre le travail dissimulé, en présence de Jean-Marc Ayrault.

Une convention a été signée à cet effet entre les principales organisations patronales du secteur, les syndicats d'employés et les ministres du Travail, Michel Sapin, et de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, devant le Premier ministre.

Les organisations patronales comme la FNSEA ou les représentants des entreprises mutualistes et coopératives CNMCCA* s'engagent à sensibiliser leurs adhérents sur le sujet, la Mutualité sociale agricole (MSA) promet-elle de porter une attention particulière aux contrôles, précise-t-on au cabinet de Le Foll.

"La bataille (à mener), c'est aussi celle des normes sociales, c'est aussi celle du refus du dumping social en Europe (...) Il faut que les règles du jeu en Europe soient des règles du jeu claires sur le plan économique, sur le plan réglementaire mais aussi sur le plan social", a rappelé Jean-Marc Ayrault. "La France se bat pour que l'Europe ne soit pas l'Europe de l'anarchie sociale", a-t-il conclu.

Les secteurs agricole et agroalimentaire français disent souffrir d'un coût du travail élevé en France, créant une distorsion de concurrence avec leurs voisins européens. Pour cette raison, des  entreprises se livrent à des pratiques illégales, employant par exemple comme prestataires de service des ouvriers roumains dans les abattoirs ou pour la cueillette, ne respectant les conventions sociales que du pays d'origine.

*CNMCCA (Groupama, MSA, coopératives agricoles, Crédit agricole)

Source AFP

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier