Législation : L'UE veut interdire les pesticides les plus dangereux

SC

Les ministres européens de l'Agriculture ont proposé d'interdire les substances phytosanitaires les plus nocives pour l'être humain mais des dérogations seront possibles.

Après deux années de négociations, les ministres européens de l'Agriculture réunis lundi à Luxembourg sont arrivés à un compromis sur la réglementation des pesticides. Il prévoit que toutes les substances cancérigènes ainsi que celles susceptibles de perturber le système endocrinien, ou le système de reproduction humain, soient interdites d'emploi dans la fabrication des produits concernés. Le projet de réglementation encourage également la recherche pour le développement de méthodes inoffensives.

Pour tenir compte des réserves de plusieurs pays, notamment l'Allemagne et le Royaume-Uni, des «dérogations exceptionnelles» sont toutefois prévues : pendant cinq ans, un pays européen pourra tolérer certains produits considérés comme nocifs, s'il peut prouver qu'il ne peut trouver sur le marché d'autres produits phytosanitaires pour traiter une maladie précise.

Trois zones d'homologation

Le projet de loi prévoit également de simplifier les règles d'homologation des pesticides dans l'UE. A l'heure actuelle, chaque pays dispose de sa propre procédure nationale, ce qui oblige les industriels à multiplier les démarches lorsqu'ils veulent vendre un produit en Europe. A l'avenir, il est prévu de créer trois zones d'homologation dans l'UE : une pour le sud de l'Europe, une pour le centre et une pour le nord. Ainsi, un produit homologué en Espagne le serait aussi automatiquement au Portugal.

Les discussions sur les règles de commercialisation des produits phytopharmaceutiques vont se poursuivre au Parlement européen. Elles s'annoncent déjà compliquées car les députés européens ont adopté une position beaucoup plus radicale que celle des ministres. A leurs yeux, l'ensemble des molécules toxiques doivent être interdites sans tergiversation.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires