Les agriculteurs allemands refusent le salaire minimum pour les saisonniers

Les agriculteurs allemands refusent le salaire minimum pour les saisonniers
Les saisonniers représentent environ 30% de la main-d’œuvre totale du secteur (DR)

Les agriculteurs allemands vont tenter de faire pression sur le futur gouvernement afin que les travailleurs saisonniers n'entrent pas dans le champ du salaire minimum prévu pour entrer en vigueur en 2015, a déclaré mercredi le président de leur fédération.

"En ce qui concerne les travailleurs saisonniers, il faudra encore en parler", a déclaré au cours d'une conférence de presse Joachim Rukwied, président de la puissante fédération des agriculteurs DBV. "La plupart d'entre eux n'ont pas leur résidence principale en Allemagne et sont là pour deux ou trois mois", a-t-il ajouté, ce qui justifierait, selon lui, que le salaire minimum ne s'applique pas à eux.

Conservateurs et sociaux-démocrates allemands, qui ont décidé de gouverner ensemble les quatre prochaines années, ont annoncé la semaine dernière s'être mis d'accord pour introduire à partir du 1er janvier 2015, et au plus tard début 2017, un salaire minimum généralisé de 8,50 euros de l'heure, dispositif qui n'existe pas pour le moment en Allemagne.

320.000 saisonniers dont 135.000 Polonais et 140.000 Roumains

Le contrat de coalition conclu entre les partis ne se prononce pas sur le sort des travailleurs saisonniers, se contentant de préciser que la loi établissant le salaire minimum sera formulée au terme d'un "dialogue entre employeurs et salariés de tous les secteurs" afin de "prendre en compte les problèmes potentiels, par exemple en ce qui concerne le travail saisonnier".

L'agriculture allemande a employé en 2011, dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles, 320.000 saisonniers, dont 135.000 Polonais et 140.000 Roumains, selon les chiffres de la fédération. Les saisonniers représentent environ 30% de la main-d’œuvre totale du secteur (1,1 million de personnes), et sont employés notamment pour la récolte des asperges, des fraises, des pommes, ou encore les vendanges.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier