Les agriculteurs en guerre contre le projet du PSG

C S

Les agriculteurs en guerre contre le projet du PSG
Soixante hectares seraient concernés.

Les agriculteurs d’Ile de France partent en guerre contre le projet du PSG qui veut installer son nouveau centre d’entrainement sur des terres agricoles.

Centre d’entraînement du PSG sur la commune de Poissy, aéroport de Notre-Dame des Landes, zone industrielle de 500 hectares à Châteauroux,… Les agriculteurs s’alarment de la consommation excessive de terres agricoles.

Cette fois, ce sont les tractations autour du futur centre d'entraînement du PSG  qui provoquent la colère des agriculteurs. Dans un communiqué, la Fdsea Ile-de-France dénonce la requalification de terres agricoles par le Conseil Régional.  «Cet espace productif et fonctionnel, à l’interface de la vallée de la Seine et de la plaine de Versailles, a toujours eu une vocation agricole, confirmée par les documents d’urbanisme» explique-t-elle. Ce n’est pas le projet en lui-même qui est contesté, mais le fait que plusieurs communes candidates disposent de réserves foncières suffisantes pour répondre au cahier des charges du club sans pour autant empiéter sur des terres cultivées.

Des terres agricoles requalifiées en "zones de loisirs"

Le club qatari se cherche en effet un emplacement dans les Yvelines pour construire un équipement haut de gamme, sur au moins 60 ha, en remplacement du Camp des Loges (quatre hectares à Saint germain en laye), où le club s'exerce depuis sa naissance en 1970. Il aurait porté son dévolu sur le plateau des Alluets (commune de Poissy).

Pour obtenir ce juteux marché, les élus du conseil régional ont apporté au Schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF), voté le 25 octobre, plusieurs amendements. Objectif : requalifier des terres agricoles en "zones de loisirs" constructibles, et donc aptes à héberger le prochain centre du Paris-Saint-Germain. "C’est avec stupéfaction et colère que la profession agricole a appris que le projet de SDRIF a été amendé in extremis par la majorité et l’opposition lors de sa discussion en séance plénière du Conseil Régional" s'était alors insurgé la chambre d'Agriculture d'Ile de France.

Damien Greffin, président de la FDSEA Ile-de-France déplore de son côté : « Les discours des élus sur la protection des espaces agricoles qui ne sont finalement que des promesses électorales sans lendemain, les engagements ne se traduisant jamais par des faits ! ». Il précise que tous les recours possibles seront pris pour s’opposer à l’emprise sur cet espace agricole.

Sur le site Lemonde.fr, le conseil régional s'étonne de ce "mauvais procès". "Une de nos préoccupations principales est de limiter le grignotage des terres agricoles", affirme François Labroille, président de la commission aménagement du territoire.

Commentaires 5

xav

il y a beaucoup de terre incultivable en france ou tres tres superficielles, sans gaspiller les meilleures....ne vous laissez pas envahir par les voilés... ils ont qu'à allez jouer dans le sable chez eux...

@@@

c'est une zonne artificielle a usage humain , oui comme un pavillon, une usine , une route... bref on a qu'a tout betonné et on fera venir de la bouffe de zone artificielle a usage humain du qatar, ca risque d'etre bin sec

grigri

on aura bientot des pieds qui pousseront sur le crane pour marcher sur la tete! 600 000 m2 pour l'entrainement de combien de joueurs???!!!!!

aaa

en même temps si les proprios du terrain veulent vendre je vois pas le problème...?
J'aime pas trop l’urbanisation mais pour moi entre un champ cultivé et un stade d’entraînement il y a peu de différence...c'est une zone artificielle à usage humain

freetown

oui ca me parait indispensable que pour 2 heures d'entraiment par jour il faille 60 ha d'emprise ....mais tout vas bien le monde hurle sur les paysans qui touchent des subventions pac pour produire de la nourriture et venere un neuneu qui tape dans une baballe pour 14 millions d'euros par an.....oui le monde tourne rond

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier