Les betteraviers déçus du règlement sucre

Les betteraviers déçus du règlement sucre

La suppression du régime des quotas de sucre en 2017 est jugée pénalisante pour la compétitivité des planteurs de betteraves qui ont fait part de leur insatisfaction.

Le Règlement sucre prévoit de supprimer les «piliers régulateurs» que constituent les quotas et le prix minimum garanti pour les betteraviers. « Je ne comprends pas les raisons qui ont conduit le Conseil des ministres de l'Agriculture à ne pas suivre les recommandations du Parlement européen de reconduire pour 5 ans le Règlement sucre », a déclaré Éric Lainé dans un communiqué de presse, en ajoutant « Cette reconduction pour seulement 2 ans nous met en difficulté pour être compétitif d'ici 2017 ».

Dans le cadre de la dernière version de la PAC validée mercredi, les ministres ont décidé de reporter à 2017 la suppression des quotas, que Bruxelles envisageait d'appliquer dès 2015, ce qui faisait planer des risques pour la filière française, relativement bien organisée. Dès cette date, le marché sera soumis à la volatilité du marché mondial et devra affronter les gros pays producteurs, comme le Brésil, qui assure à lui seul la moitié des exportations mondiales.

Néanmoins, les betteraviers saluent l'action du Parlement européen visant à renforcer le pouvoir de négociation des agriculteurs dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) et « qui sera un élément de succès pour l'avenir de notre filière » a souligné M. Lainé. La France est au premier rang mondial pour le sucre et le bioéthanol obtenus à partir de la betterave.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier