Les Clés pour Comprendre : l'impact des pesticides

Terre d'info terredinfo

 Les Clés pour Comprendre : l'impact des pesticides

Les pesticides, ou produits phytosanitaires font de plus en plus débat, de par leurs conséquences sur l'environnement et surtout sur la santé de ceux qui les manipulent. Sophie PRIMAS, sénateur des Yvelines, a été chargé d'une mission d'information au Sénat pour mieux connaître l'impact des pesticides sur la santé des agriculteurs.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à ce problème ?

Parce qu'il ne concerne pas uniquement l'agriculteur mais aussi le consommateur et le jardinier amateur. De plus, le cas de Paul FRANÇOIS fut particulièrement émouvant et révélateur d'un problème sanitaire.

Comment s'est déroulée la commission avec les autres sénateurs ?

Nous étions 27 sénateurs mobilisés, dont 10 très actifs. Nous nous étions mis d'accord dès le début pour laisser nos a priori de côté et écouter et rencontrer les intervenants. D'ailleurs le rapport de mission, qui contient 105 recommandations, a été voté à l'unanimité, ce qui est rare.

Nous avions une réelle volonté d'envoyer un message sur la sécurité sanitaire.

Depuis la création de l'association Phytovictimes, les agriculteurs parlent de leurs problèmes liés aux pesticides.

Est-ce que le lien entre l'utilisation de pesticide et la maladie est facilement démontré ?

C'est le cas depuis le lancement du projet Ecophyto 2018, qui a permis le retrait de nombreuses molécules nocives du marché. Cependant il subsiste des pesticides suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, mais pour lesquels cela n'a pas été prouvé scientifiquement. Mais l'interdiction d'un produit n'est pas une décision à prendre à la légère.

Mais pourtant ces produits sont nécessaires aux cultures ?

Oui, mais leur usage peut être fait en de trop grandes quantités (pour diminuer les risques sur les cultures) ou dans de mauvaises conditions.

On observe un décalage entre les précautions prises en industrie lors de la manipulation de certains produits et l'utilisation de ceux-ci par l'agriculteur. Il y a des progrès à faire en protection individuelle même si la prudence est déjà le maître mot.

Si vous deviez donner les deux principales recommandations de votre rapport, quelles seraient-elles ?

D'abord l'utilisation d'outils précis d'étude épidémiologique et toxicologique pour aboutir à des corrélations, pour mieux comprendre comment guider les recherches.

Ensuite l'emploi de moyens pour lutter contre la fraude et les importations parallèles, dangereuses d'un aspect sanitaire mais aussi économique.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires