Les JA préparent déjà la rentrée syndicale

PROPOS RECUEILLIS PAR PATRICIA OLIVIERI

Élu début avril à la tête du syndicat jeune, Benoît Aurières entend avant tout renforcer les équipes cantonales en incitant à l’engagement .
Élu début avril à la tête du syndicat jeune, Benoît Aurières entend avant tout renforcer les équipes cantonales en incitant à l’engagement .

Pas encore de trêve estivale pour les responsables des JA du Cantal qui, avant la finale de labour, étaient réunis jeudi au Lioran pour faire le point sur les chantiers de l’automne.

La rentrée des Jeunes agriculteurs cantaliens est d’ores et déjà placée sous le signe de la dynamisation de leur réseau local, comme l’explique Benoît Aurières, éleveur salers sur Valuéjols et nouveau président de la structure.

Une nouvelle équipe départementale est en place depuis début avril, quels sont les chantiers du mandat ?

Benoît Aurières : “Notre défi permanent reste celui de l’installation de jeunes dans le métier. On sait que plus de la moitié des exploitants cantaliens ont aujourd’hui plus de 50 ans. C’est pourquoi, malgré toutes les opérations déjà conduites autour de la transmission, il nous faut renforcer ce message auprès des cédants pour les inciter à laisser la place aux jeunes. L’avenir de nos filières est là”.

L’année 2011 s’était achevée sur une érosion du nombre d’installations aidées dans le département. Quid du début 2012 ?

B. A : “On enregistre sur le premier semestre une légère diminution mais on peut très bien assister à un rebond à l’automne. On verra donc en fin d’année”.

Le dernier rapport d’orientations national des JA a proposé une refonte du financement de l’installation ? Où en est ce projet ?

B. A : “Nous allons justement y travailler, notamment à l’occasion d’une journée de communication et d’échanges autour de l’installation et de la transmission prévue fin novembre. Parallèlement, au niveau départemental, nous avons commencé à réfléchir à une actualisation de la grille de modulation de la Dotation jeunes agriculteurs (DJA)”.

Au-delà de l’installation, qu’y a-t-il au menu de l’agenda syndical des JA  ?

B. A : “Un vrai chantier sur la relance de notre réseau cantonal qui a tendance à s’essouffler un peu avec, comme partout, une difficulté à trouver des responsables. En interne aux JA comme dans les OPA nous avons pourtant besoin de renouveler nos équipes. Et même si notre formation “Devenir acteur en milieu rural” fonctionne bien avec une session en septembre déjà complète, nous devons trouver des solutions pour inciter les jeunes à s’impliquer dans la profession. Côté filières, nous allons décliner localement le recensement des organisations de producteurs lancé dans le cadre d’un projet viande national des JA. Il s’agira ensuite d’analyser leur fonctionnement avant une synthèse nationale avec l’objectif final de voir comment mieux regrouper l’offre face à l’aval de la filière. En ce qui concerne la production laitière, il s’agit de voir comment aller chercher davantage de plus-value tant pour les AOP que pour valoriser le lait blanc. Enfin, nous allons aussi, bien évidemment, préparer avec la FDSEA les élections aux chambres d’agriculture de 2013”.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier