Les ministres de l'UE préparent une parade commune à l'embargo russe

Les ministres  de l'UE préparent une parade commune à l'embargo russe

Les ministres de l'Agriculture de l'UE ont commencé à mettre au point une parade commune face à l'embargo russe affectant 5 milliards d'exportations agroalimentaires européennes. Mais les pays membres restent divisés sur la question du financement.

Dans le cadre d'une telle réponse "harmonisée et européenne", les ministres ont évoqué, lors d’une réunion,  la possibilité  de puiser hors du seul budget de la politique agricole commune (PAC) pour aider le secteur.

Le recours à une telle option divise, même si selon le commissaire à l'Agriculture Dacian Ciolos, "il y a un accord politique sur l'idée que le secteur agricole doit supporter le gros de l'addition alors qu'il n'est pas responsable" de l'embargo.

Stéphane le Foll : d’abord des financements  PAC

Pour l'Italie, il est "utile de faire appel à des moyens extraordinaires"  au-delà des fonds de la PAC, une position avancée aussi par le ministre irlandais, Simon Coveney. 

Mais pour la France, avant "de se poser la question (...) il faut d'abord utiliser toutes les voies possibles" de financement déjà existantes, estime  Stéphane Le Foll.  L'UE doit d'abord puiser dans les marges du budget agricole de 2015, voire dans la réserve de crise de plus de 430 millions par an prévue par la PAC, a-t-il fait valoir.

"Il faut prendre en compte la situation difficile du budget global" de l'UE, raboté pour les sept ans à venir, a souligné M. Ciolos.

Nécessité d’une parfaite coordination

Le ministre français a insisté sur la nécessité d'une "parfaite coordination" pour empêcher un engorgement du marché intérieur par les invendus en Russie mais aussi pour éviter  des distorsions de concurrence entre pays membres,  si  des compensations ciblées étaient être mises en place dans les différentes pays.

Les ministres discuteront de cette éventualité lors de leur prochain rendez-vous, lors d'une réunion informelle à Milan du 28 au 30 septembre.

Les ministres ont aussi convenus de veiller à la mise en oeuvre des soutiens déjà annoncées par la Commission européenne en faveur des produits les plus touchés - fruits et légumes périssables, fromage et beurre - pour une enveloppe de 180 millions d'euros.

Ces mesures consistent en retraits indemnisés, aides au stockage et programmes de promotion, l'ensemble visant à stabiliser les marchés et ouvrir de nouveaux débouchés.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

eleveur

ce n'est pas notre guerre. d'accord avec tom63.
Ont fait un embargo mais ont livres les armes????

L'embargo tombe au moment de la suppression des quotas, ont va trinquer, et la PAC ne changera rien.
Des Russes et des Ukrainiens vont quand meme mourir, est nous, ont va trinquer

tom63

Merci messieurs les dirigeants. Grâce à vous, les belles promesses de la "nouvelle PAC" vont être englouties par un conflit qui ne nous concerne pas. Continuez comme cela et le massif central finira par devenir un désert.....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier