Les Safer appellent à éviter le "gaspillage" des terres agricoles

S C

Les Safer appellent à éviter le "gaspillage" des terres agricoles
(DR)

Les Safer (sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural)ont appelé à éviter le "gaspillage" des terres agricoles à la périphérie des villes, lors d’un congrès sur l'aménagement des zones périurbaines.

Sur ces espaces désormais construits (sols bâtis, routes, centres commerciaux, équipements sportifs, ...) plus aucune culture ne peut pousser, une préoccupation croissante pour les citoyens, soucieux par exemple d'alimentation de proximité.

"En France on consomme le double (de terres périurbaines, ndlr) de ce que consomment nos partenaires européens et notamment allemands", a déclaré Hervé Billet, président de la Safer de l'Ile-de-France, lors d'une conférence de presse. Il estime que diminuer l'urbanisation en France n'est pas un objectif impossible et qu’il faut tout faire pour "éviter le gaspillage".

"Avoir une capacité d'agriculture en zone périurbaine sera un véritable atout dans les années qui viennent" aussi bien en termes d'environnement qu'en termes d'alimentation, a fait valoir Emmanuel Hyest, président de la Fédération nationale des Safer (FNSafer).

78.000 ha consommés par an

Dans son rapport d'orientation publié à l'occasion du congrès, la FNSafer souligne que la consommation des terres a presque doublé en un demi-siècle, en infrastructures routières, ferroviaires, centres commerciaux, lotissements, etc.

Dans les années 60, de l'ordre de 40.000 hectares par an étaient consommés, entre 1980 et 1992, ce chiffre est passé à 54.000 ha puis à 61.000 ha pour la période 1992-2003. Enfin sur la période 2006-2010, le rythme est passé à 78.000 ha, d'après les derniers chiffres de l'enquête réalisée par le ministère de l'Agriculture.

A cette vitesse en quatre ans, l'équivalent de la surface agricole d'un département moyen disparaît sous l'effet de l'urbanisation. Un paradoxe dans un contexte de forte demande de produits agricoles.

Sur le même sujet

Commentaires 3

NUAGE23

Le problème de fond est qu'ayant une natalité plus forte que dans les pays européens,nous avons besoins de logements a des prix décents; hors ce n'est plus possible dans les villes.

mesnil

le problème ne se pose pas en nombre d'ha mais en potentiel de production. pourquoi ne construit'on pas sur les terres à cailloux et les terres sableuses au lieu de prendre les terres à betterraves ( roissy cdg,eurodisney,melun sénard ect..)

enragé 29

il ne suffit pas de le dire il faut aussi faire en sorte que cela cesse et que tous les écolos qui veulent du local pensent aussi local et faire vivre leur région et leur pays

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires