leveurs du Pays vert : Finir les animaux pour sortir du marasme des marchés

Renaud Saint-André

L'assemblée de la section Cantal de la coopérative a donné l'occasion aux administrateurs d'inciter les adhérents à finir les animaux.

Les Éleveurs du Pays vert ont de quoi se réjouir. L'activité de la coopérative a progressé de +6 % et sur le seul secteur du Cantal, la hausse atteint 8 %. Des données confirmées jeudi 17 février, lors de l'assemblée de secteur de la coopérative, à Polminhac. Pourtant, la morosité des prix pèse sur le climat général. Le président de la section du Cantal, Julien Fau, plaide pour une hausse des produits à la sortie de l'exploitation. Une solution qui passe notamment par des débouchés “filières”, basés sur la finition des animaux, y compris celle de la voie mâle. “Car les marchés extérieurs, notamment italiens, s'amoindrissent”, prévient-il. Une analyse partagée par le président de l'union de coopératives Altitude.

Finir les animaux et vendre aux centrales d'achat

“La profession dit qu'il faut exporter. Or aujourd'hui, l'exportation va mal et l'État ne joue pas son rôle de facilitateur. Parallèlement, la consommation repart et les prévisionnistes prévoient un manque de viande en France. Il faut arrêter de faire naître et de se débarrasser de produits à bas prix”, lance Jean-Pierre Chateau qui tient à délivrer aux éleveurs un message résolument optimiste. Mais cela suppose, selon lui, quelques conditions. Dont celle de s'adresser aux bons interlocuteurs. “Il nous faut vendre en masse, donc auprès de ceux qui font du volume. Autrement dit, les centrales d'achat”, estime Jean-Pierre Chateau. Reste à savoir à quel prix... Et là encore, le président d'Altitude reste positif : “Ce qui fait chuter les prix, c'est la concurrence entre les enseignes. Il s'agit donc que collectivement, elles jouent le jeu sur les produits finis.” Il est temps selon lui que le secteur de la production de viande bovine se redresse. Il accuse en effet un certain retard, par rapport à des productions qui, par effet domino, ont augmenté leurs prix depuis la hausse des céréales (lait, porcs, etc.). L'élevage allaitant doit rester attractif, y compris auprès des jeunes. Ancien président des Jeunes agriculteurs, Julien Fau a gardé la fibre de l'installation. Il promet que la coopérative des Éleveurs du Pays vert saura accompagner de manière privilégiée les porteurs de projets. Diverses idées devraient-être révélées lors de l'assemblée plénière, programmée le 16 mars à Arpajon-sur-Cère. Une assemblée couplée avec celles des coopératives Volcalis et Centraliment.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier