Limitations des biocarburants : les producteurs s’indignent

Limitations des biocarburants : les producteurs s’indignent
Les nouveaux biocarburants n'étant pas disponibles avant 2020 ou 2025.

Les producteurs français de bioéthanol et de biodiesel critiquent le plafonnement "inapproprié" de l'usage des biocarburants de 1ere génération annoncé la veille par le gouvernement, en soulignant que la 2e génération ne serait pas disponible avant 2020 au moins.

La Filière française du bioéthanol, qui rassemble plusieurs syndicats agricoles, a jugé ce coup de frein "inapproprié", dans un communiqué, "car il va brider le développement prévu au regard des objectifs plus ambitieux précédemment décidés".

Des nouveaux biocarburants disponibles dans 10 ans

Sofiprotéol, premier producteur mondial de biodiesel, s'est pour sa part "interrogé" sur la façon dont la France atteindrait l'objectif européen de 10% de la part des énergies renouvelables dans les transports d'ici 2020, "les nouveaux biocarburants n'étant pas disponibles avant 2020 ou 2025". Pour accélérer l'essor de ces nouveaux biocarburants innovants n'utilisant pas des produits comestibles, le groupe agricole français a demandé "un soutien accru des pouvoirs publics", dans un communiqué.

L'éthanol, obtenu à partir de betterave, de céréales ou encore de canne à sucre, est un substitut à l'essence, tandis que le biodiesel (soja, tournesol,­­colza...) permet de remplacer le gazole. Mais leurs détracteurs leur reprochent de gonfler les prix agricoles mondiaux et de menacer la sécurité alimentaire. Les agroindustriels estiment pour leur part que les biocarburants ne jouent qu'un rôle mineur dans la hausse des prix agricoles, notamment en Europe.

Une source de coproduits

Selon la filière, "la faible production de bioéthanol français et européen ne peut impacter ni encourager la volatilité des prix des matières premières agricoles sur le marché international". "Cette volatilité est essentiellement due aux aléas climatiques et à la spéculation sur les marchés", affirment les producteurs de bioéthanol.

Les filières de l'éthanol et du biodiesel se plaisent également à rappeler qu'elles produisent aussi d'importantes quantités d'alimentation animale en "coproduits" de leurs productions. Grâce aux biocarburants, l'auto-approvisionnement en protéines de la France est ainsi passé de 25% dans les années 2000 à 55% aujourd'hui, selon Sofiprotéol.

Après un boom ces dernières années, les biocarburants sont désormais au point mort en Europe, où le soutien politique s'est tari. Un projet de loi de  la Commission européenne envisagerait d’ailleur de réviser ses objectifs en plafonnant à 5% la part des biocarburants de première génération d'ici 2020. Actuellement, cette part est déjà de 4,5%. Au niveau européen.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier