Loire-Atlantique – La chambre d'agriculture vous conseille pour réussir l'implantation de nouvelles prairies en fin d'été

Ghislaine Daniel

Loire-Atlantique – La chambre d'agriculture vous conseille pour réussir l'implantation de nouvelles prairies en fin d'été
prairie.jpg - © [SEP_CREDIT]

Bien implantée, une prairie va produire plus tôt et durer longtemps. Il est donc primordial de réussir son semis.

Réussir son semis de prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement du potentiel de production et des qualités de l’espèce fourragère et de la variété semées. L’objectif est d’éviter un échec dû au gel et d'obtenir un enracinement dense, exploitant bien le sol, pour bénéficier d’une pelouse dense et régulière.
Le choix de la date de semis en automne va permettre à l’espèce implantée d’arriver à un stade suffisamment avancé pour résister aux premières gelées, dans le cas d’un semis d’été (cf. tableau 'Prairie-DatesSemisPreconisees-2016' inséré à la fin de cet article).
Cette année 2016 est particulière, avec une humidité du sol intéressante en ce début juillet. Les conditions hydriques sont donc idéales pour implanter une prairie dès la récolte de la céréale.

Préparation du sol

Il faut chercher à obtenir un sol bien rappuyé, sans discontinuité marquée et se ressuyant très vite en surface. Un sol ainsi préparé sera bien exploité en profondeur par les racines.

  • Obtenir un lit de semence fin et bien émietté : il est impératif d’assurer un contact étroit de la semence et des jeunes radicelles avec la terre afin de favoriser l’humidification et la germination dans de bonnes conditions. Le contact est correctement réalisé si le lit de semences est fin et bien émietté, avec des mottes de terre inférieures à 3 cm de diamètre.
  • Le rappuyage du sol est primordial : les graines prairiales sont petites (2,5 g/1000 graines pour le RGA par exemple). Ceci nécessite donc que la graine soit mise en condition optimale pour garantir sa levée et seul un rappuyage efficace le permet (cf. schéma "Prairie-ProfondeurImplantationGraines-2016" inséré à la fin de cet article).
  • Le choix de l’espèce : le choix de la ou des espèces à implanter dépend de la pérennité (période pendant laquelle la plante sera productive), les conditions de sol, la résistance aux températures et le type de conduite de la prairie. Choisir une ou plusieurs espèces, c’est trouver le meilleur compromis entre une utilisation, un milieu et les besoins d’un troupeau. Retrouvez le tableau qui reprend l’ensemble de ces critères à la fin de cet article : "Prairie-CriteresChoixEspeces-2016".

Source Agri44

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier