Maïs : Une semaine « agitée »

La situation géopolitique en Afrique du Nord et au Moyen Orient a fortement animé les séances de début de semaine, sur fond d'inquiétude quant aux perspectives de croissance et de reprise économique, explique l'Agpm dans sa dernière lettre hebdomadaire.

En effet, face au risque d'envolée du pétrole et de ralentissement de la consommation, les fonds financiers ont préféré se désengager des principaux actifs (matières premières agricoles et actions) à risques pour se réorienter vers le pétrole ou l'or. Néanmoins, face à des fondamentaux inchangés, les marchés se sont corrigés en fin de semaine.

L'USDA prévoit une production de maïs record

Les éléments relatifs d'une part aux chiffres à l'export des Etats-Unis (1,5 Mt de maïs la semaine passée soit un record pour la campagne en cours) et d'autre part aux projections de l'USDA communiquées lors de sa conférence annuelle ont très certainement contribué à cette correction. En effet, l'USDA projette une production 2011/2012 à 348 Mt, basée sur une surface en hausse de 4,3 % et rendement de 10,3 t/ha, soit une performance au-delà du précédent record de 2009 !

Cela souligne l'extrême fragilité de la situation américaine pour 2011/2012, puisque le scénario précédemment décrit conduirait à un stock fin 2011/2012 de 22 Mt…loin d'être confortable !

Parallèlement, le CIC a communiqué ses premières estimations de production de blé pour la campagne 2011/2012. Avec 672 Mt, la production mondiale progresserait significativement. Dans ce contexte, les stocks des principaux exportateurs devraient rester quasi inchangés. « Il est bien sûr encore tôt pour se projeter, alors que de nombreuses zones de l'hémisphère nord connaissent des conditions météo difficiles », commente l'Agpm.

Europe : prix du maïs en baisse

Le marché européen n'aura pas échappé au contexte de volatilité mondiale. Les prix du maïs concèdent ainsi près de 5 euros sur la semaine, après avoir cédé plus de 8 €/t le 21 février. Les prix européens restent sous pression face aux importations de maïs pays tiers. L'UE a ainsi délivré des certificats pour 225 kt la semaine dernière. Cependant, l'écart de compétitivité entre les différentes origines tend à se réduire. « On surveillera de prés l'évolution de la situation ukrainienne, cette origine étant désormais la plus compétitive sur le marché européen », conseille l'Agpm.

Dans son rapport mensuel, le CIC annonce une surface maïs de l'UE à 8,5 Mt soit une hausse de 6,3 % par rapport à 2010. Cette projection est au dessus des prévisions, qui s'élèvent à + 3 %.

France : demande ralentie

La demande est ralentie sur l'ensemble des compartiments du marché européen. Les cours physiques sont en retrait. Les importations sur les principales zones de consommation de maïs européen restent d'actualité et limitent les opportunités pour le mais français. A suivre avec l'évolution récente des prix des différentes origines.

En conclusion, pour anticiper les évolutions de prix, l'Agpm estime qu'il faut surveiller : la situation au Moyen Orient et l'évolution du prix du pétrole ; le lancement de l'enquête sur les intentions de semis aux USA (publication le 31/03/2011) et les conditions climatiques des bassins exportateurs de blé tendre (hémisphère nord) et Chine.

 

Source Agpm Lettre économique sem 9

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires