Manifestation dans le Lot-et-Garonne : prison avec sursis pour deux responsables agricoles

Manifestation dans le Lot-et-Garonne : prison avec sursis pour deux responsables agricoles

Des peines de six mois de prison avec sursis ont été prononcées vendredi contre les présidents de la Chambre d'agriculture et de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, pour des destructions lors d'une manifestation du syndicat agricole en octobre 2014 à Agen.

Le tribunal correctionnel d'Agen a suivi le procureur qui, à l'audience le 16 octobre, avait requis six mois avec sursis contre le président de la Chambre d'agriculture, Serge Bousquet-Cassagne, et le président de la Coordination rurale (CR47), Patrick Franken.

Les deux hommes, reconnus coupables de complicité de dégradation, ont également été condamnés à verser conjointement 12.374 euros à la préfecture au titre de réparations, et Patrick Franken à verser 20.975 euros à la Direction départementale des Territoires (DDT).

Serge Bousquet-Cassagne devra verser 500 euros au titre du préjudice moral au Directeur départemental de la Sécurité publique, le chef de la police du Lot-et-Garonne, pour un acte d'intimidation.

Les deux prévenus se sont enfin vu frapper d'une interdiction de manifester pendant un an sur l'agglomération agenaise.

217.000 euros de dégâts

Le 6 octobre 2014, plus de 200 militants ou sympathisants de la Coordination rurale, plutôt classé à droite, avaient bloqué la ville d'Agen avec des tracteurs, allumant des feux, pour protester contre la directive nitrate, une manifestation non autorisée par la préfecture.

La journée d'action avait dégénéré en heurts et provoqué de multiples dégâts, à la voirie, à la signalétique, aux espaces verts notamment, dont le coût avait été estimé à 217.000 euros par les autorités (préfecture et ville).

Quatre plaintes avaient été déposées, par la préfecture, la DDT, le chef de la police et les pompiers.

  

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

lim

Plus facile d'arrêter des agriculteurs que les casseurs de paris

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier