Manifestation : Les vignerons du Midi crient leur désespoir à Montpellier

SC

Aujourd'hui à partir de 15 h, plusieurs milliers de vignerons défileront à Montpellier. A bout de souffle, les viticulteurs de la région réclament une mise en place d'aides à l'hectare et une meilleure répartition des marges de la grande distribution.

Combien seront-ils aujourd'hui ? 5.000 ? 8.000 ? 10.000 ?... Aucun chiffre n'a été avancé, mais ils seront sans aucun doute nombreux pour cette première grande manifestation régionale viticole organisée par le Syndicat des vignerons du Midi. Dès ce matin, 10 heures, Philippe Vergnes, président du Syndicat des Vignerons du midi, devait rencontrer Georges Frêche, président du Conseil régional Languedoc-Roussillon, qui a tenu à réaffirmer son engagement aux côtés des viticulteurs.

Des viticulteurs appelés à manifester pour réclamer des mesures destinées à sortir leur secteur d'une crise qui dure depuis plusieurs années. La situation n'a cessé d'empirer depuis 5 ans avec notamment une baisse cumulée des cours du vin, des volumes récoltés, des quantités commercialisées et, en parallèle, une hausse des charges.

Aides à l'hectare, meilleure répartition des marges, régulation...

Des viticulteurs, à bout de souffle, qui estiment que le plan d'aide d'urgence, annoncé par le Gouvernement, ne va pas assurer leur avenir. Pour Philippe Vergnes, les aides annoncées par le Président de la République « sont indispensables pour l'agriculture mais inadaptées à la viticulture ». Les aides à l'hectare sont, aux yeux du syndicat, le seul moyen de permettre à la profession de tenir jusqu'en 2013, date à laquelle sera renégociée l'OCM (organisation commune du marché) viticole.

« Il faut de façon urgente trouver des solutions à la situation financière des vignerons. Nous sommes ruinés. Cela passe par les aides à l'hectare, mais aussi un rééquilibrage des marges de la grande distribution. Une enquête faisait apparaître qu'elle faisait du 60 %, alors que nous vendons notre vin en dessous du prix de revient. Il suffirait de 15 centimes de plus par litre de vin pour que les vignerons s'en sortent.», explique Philippe Vergnes dans la Dépêche.fr.

Autres revendications : une régulation du marché, une baisse des charges sociales, garantir une préretraite « correcte », doubler les aides à l'installation... Autant de points que les Vignerons du Midi développeront auprès du préfet de Région et clameront dans les rues.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires