Manifestations des apiculteurs à Agen et Dijon contre le pesticide Cruiser

Quelques centaines d'apiculteurs ont manifesté samedi à Agen, Dijon et Grenoble, contre l'autorisation de mise sur le marché du pesticide Cruiser, qu'ils accusent d'affaiblir de manière chronique les abeilles, entraînant une surmortalité.

A Dijon, quelque 200 militants, selon les organisateurs, 100 selon la préfecture, ont investi un marché du centre, équipés d'enfumoirs et distribuant tracts et petits pots de miel: "Voyez vos beaux fruits, vos beaux légumes, bientôt vous n'en aurez plus", ont-ils dit aux Dijonnais.

"Quand nos abeilles vont sortir au printemps pour butiner les premières fleurs, celles du colza, on ne sait pas trop ce que ça va donner", s'inquiète le militant Jacky Labonde, estimant que 40% des cultures de colza en Côte d'Or sont traitées au Cruiser.

A l'appel de l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF), près de 200 apiculteurs venus d'Aquitaine, Midi-Pyrénées mais aussi de Bretagne, où l'utilisation de cet insecticide a cessé après un accord avec les coopératives, ont convergé sur Agen.

Selon Bertrand Auzeral, président du syndicat d'apiculteurs local, 60% des 7.000 hectares de colza cultivés dans le Lot-et-Garonne, sont sous Cruiser.

A Grenoble, ils n'étaient qu'une quarantaine de professionnels, en vareuses. "Derrière cette autorisation de mise sur le marché du pesticide se cache le lobby des produits phytosanitaires", a dénoncé Frédéric Chasson, président du Syndicat apicole dauphinois.

"Nos dirigeants n'osent pas froisser les lobbies et font sans cesse un pas en avant, un pas en arrière", a également déploré Pierre Genissieux, apiculteur amateur.

Vendredi, une vingtaine d'apiculteurs d'Ile-de-France avaient déjà manifesté devant le siège de Syngenta Agro, qui commercialise le Cruiser. Le Conseil d'Etat a annulé début octobre l'autorisation de mise sur le marché (AMM) du pesticide Cruiser 350, accordée pour 2010 par le ministère de l'Agriculture.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier