MFR : Nos jeunes ne connaissent pas le chômage »

Aujourd'hui réaliser une formation qui débouche rapidement sur un emploi est une des principales aspirations des jeunes.

La Fédération départementale des maisons familiales rurales peut désormais mettre en avant les capacités des jeunes formés dans les MFR ou les Ireo à trouver rapidement un emploi. Les scores qu'elle obtient vont faire rêver certains jeunes qui doivent prendre le mal en patience avant de décrocher, un CDD, voire un CDI.
Sur la base d'une enquête réalisée en 2010 auprès de 1000 jeunes de moins de 25 ans ayant suivi une formation initiale et qui sont sortis en juin 2006 (371 jeunes) et juin 2009 (721), elle affiche des taux d'emplois supérieurs à la moyenne nationale.
Sur le total de ces deux publics, les demandeurs d'emplois ne représentent que 9,7 %. Pour les jeunes sortis depuis trois ans, seulement 4 % sont demandeurs d'emplois. Pour ceux sortis en juin 2009, le taux passe à 12 %.Au niveau national, le taux de chômage moyen des jeunes de 15-24 ans atteignait 23,3 % au deuxième trimestre 2010.
Si les entreprises demandent en majorité des jeunes titulaires de diplôme bac + deux, les jeunes titulaires de Cap ou BEP trouvent un emploi. L'alternance ou l'apprentissage qui n'est pas toujours au goût deS parents est une porte d'entrée pour un emploi. Les MFR qui n'ont jamais eu de doutes sur ce niveau de formation et sa pertinence sur le marché de l'emploi affichent un taux d'emploi de 69 %. Trois secteurs d'activités arrivent dans le trio de tête des secteurs qui recrutent : la production agricole (chef d'exploitation, salariés, emplois dans un organisme agricole), le secteur des services aux personnes et le secteur du commerce.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier