Midi-Pyrénées : les agriculteurs contre l'extension des zones vulnérables aux nitrates

Midi-Pyrénées : les agriculteurs contre l'extension des zones vulnérables aux nitrates
Image d'archive : Manifestation du 24 juin 2014 ©Pleinchamp

Les agriculteurs de Midi-Pyrénées avaient appelé jeudi soir à une mobilisation contre l'extension des "zones vulnérables" aux nitrates dans la région, une révision "sans aucune justification scientifique crédible", selon les deux syndicats mobilisés.

A l'appel du syndicat des JA et de la FRSEA, près de 150 agriculteurs se sont rassemblés jeudi dans les Hautes-Pyrénées. La nouvelle révision de la carte des zones vulnérables, mise en place pour lutter contre les pollutions aux nitrates, provoque une nouvelle fois la colère des agriculteurs de Midi-Pyrénées. "Nous sommes la région la plus touchée par la hausse du zonage", a indiqué le président de la FRSEA Midi-Pyrénées, Lillian Lasserre.Les deux syndicats ont dénoncé dans un communiqué commun une définition "dogmatique" du nouveau périmètre qui "sape notre activité sans aucune justification scientifique crédible". "Nous ne revendiquons certainement pas un droit à polluer (...) mais nous sommes convaincus que pour agir efficacement il faut zoner les territoires menacés", a ajouté M. Lasserre.

Zone "vulnérable" : un seuil contesté

A la demande de la Commission européenne, qui jugeait insuffisantes les mesures françaises contre la pollution des eaux par les nitrates, la France avait abaissé de 50mg/l à 18 mg/l d'eau le seuil au-delà duquel une zone est "vulnérable". Mais les agriculteurs estiment que ce seuil ne repose "sur aucun fondement scientifique sérieux". Ils contestent aussi la méthode utilisée, qui crée, selon eux, "des distorsions de traitements criantes entre agriculteurs".Ainsi, l'interdiction de l'épandage de tout engrais synthétique ou naturel (déjections animales) dans les zones vulnérables "entre mi-septembre et février va contraindre les éleveurs à investir pour augmenter fortement leur capacité de stockage", a regretté Guillaume Darrouy, secrétaire général des Jeunes agriculteurs de la Haute-Garonne. Fin mars, le préfet de Midi-Pyrénées avait accepté de réduire d'un tiers la taille des nouvelles zones vulnérables dans le bassin Adour-Garonne, après les manifestations répétées dans le Sud-Ouest à l'automne dernier.

Sur le même sujet

Commentaires 4

@doudoudou

ce que decrit dadada est bien la realité , rien n'empechait d'avoir des regles comme celle des allemands sauf la fnsea a decidé de faire de l'epicerie, et c'est le cas je le sais depuis peu dans bien des domaines , ou a vouloir creer des particularisme pour ne froisser certains agriculteurs on crée des usines a gaz
et je suis bien d'accord avec Mr TINCA , les agriculteurs comme les autres chefs d'entreprises , on peut de stabilité et de lisibilité , que ce soit en matiere de reglementation fiscale , environnementale ou autre
et si les regles etaient plus simple elles seraient evidemment mieux acceptées et sans doute plus efficaces , et elle seraient d'autant mieux acceptées si les paysans avaient un revenu decent de leur travail et pas 3 ou 4 euros de l'heure
mais bon les paysans ne se rebellent pas c donc que tout va bein et vu e prix des reprises il faut croire qu'ils ne sont pas a plaindre

doudoudou

Quand l'Etat veut laver plus blanc que blanc on en vient a faire de l'épicerie pour sauver les meubles cher dadada.( merci les écolo du dimanche) Quand les règles de nos voisins européens sont moins contraignantes c'est plus facile de les accepter.

Mr TINCA

Ok avec dadada, à force de jouer avec les délimitation, en dehors de la distorsion de concurrence que cela génère, plus personne n'a de visibilité sur le long terme

dadada

pourquoi les agriculteurs allemands ont accpeté les mesures nitrates sur l'ensemble du territoire pendant que la fnsea faisait de l'epicerie ( qui a couté fort cher , en delimitation de zone , en complexififcation reglementaire)
que le seuil soit revu sur des bases scientifiques logiques , mais ca ne cahngera de toute facon rien pour les eleveurs le probleme nationale deviendra vite le phosphore a la place des nitartes

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires