Mission agriculture et pêche : Un budget 2009 en hausse de 2,72%

SC avec AFP

Les crédits de la mission Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales s'élèvent dans le projet de budget 2009 à 3,49 milliards d'euros, en hausse de 2,72%, selon le ministère de l'Agriculture et de la Pêche.

Le projet de budget 2009, présenté aujourd'hui, s'inscrit toutefois dans un cadre triennal qui prévoit une baisse des crédits de cette mission (qui ne comprend pas l'enseignement agricole et la recherche) pour 2010 et 2011 à respectivement 3,15 milliards d'euros et 3,04 milliards. Cette diminution s'explique par les «rééquilibrages prévus par le bilan de santé de la PAC, notamment en faveur du secteur de l'élevage », selon Bercy. Une baisse de 18 % des dispositifs d'intervention est notamment prévue. « Aujourd'hui la prime herbagère agroenvironnementale est cofinancée par l'Etat (coût annuel : 120 Millions). On peut imaginer qu'elle soit désormais financée sur le 1er pilier de la PAC dans le cadre d'une prime à l'herbe. Ce n'est qu'un exemple » explique le ministère de l'agriculture pour justifier cette baisse.

Pour 2009, le solde des créations et des suppressions d'emplois est négatif (-650). Le total des effectifs est fixé à 16.292 équivalent temps plein travaillé.

La « mission » se décompose en quatre programmes : économie et développement durable (1,761 milliard), sécurité et qualité sanitaires de l'alimentation (583 millions), forêt (309 millions), conduite et pilotage des politiques de l'agriculture (836 millions).

Priorités à l'installation, à la gestion de crises et au Grenelle

Les priorités vont au soutien à l'installation des Jeunes Agriculteurs, à l'élaboration d'outils de gestion de crises (sanitaire, climatique), à la restructuration de la filière pêche et à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement avec le plan « EcoPhyto » 2018 (réduction des pesticides) ainsi qu'au développement d'une agriculture biologique.

Le ministère de l'Agriculture a aussi « rationalisé » certains de ses services et établissements publics dans le cadre de la « révision générale des politiques publiques » (RGPP), le programme d'économies de l'Etat.

La réforme des offices agricoles, engagée en 2004, aboutira le 1er janvier 2009 à leur fusion. Un recentrage progressif des Haras nationaux sur leurs missions de service public ainsi que la création d'un office du cheval pour mieux structurer la filière participent également aux efforts d'économie.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier