Mobilisation nationale : La FNSEA veut reprendre l'ascendant sur ses troupes

La FNSEA organise vendredi une journée nationale de mobilisation contre la baisse des revenus des agriculteurs, une occasion pour le syndicat majoritaire de reprendre l'ascendant sur ses troupes.

« Nous attendons beaucoup de cette mobilisation », reconnaît Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA. L'appel concerne tous les agriculteurs et non pas le seul secteur laitier. «Il n'y a pas que le lait qui est en crise, toutes les productions le sont », martèle Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA.

La FNSEA mise sur la participation vendredi de plusieurs dizaines de milliers de manifestants sur tout le territoire pour des actions très revendicatives. Une action symbolique pourrait avoir lieu à Paris, sans confirmation pour l'heure. 100.000 affiches ont été envoyées dans les 22 régions. Le président de la République y est directement interpelé : « Sarkozy, l'agriculture a un prix ».



« Etre imaginatifs sans tomber dans la casse ».

Dominique Barrau promet des surprises qui devraient entraîner des gênes pour la population. Mais, la FNSEA, assure le responsable, a demandé aux manifestants «d'être imaginatifs sans tomber dans la casse».

Cette journée de mobilisation a été lancée mi-septembre, au lendemain d'une violente mise en cause du président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, par des manifestants favorables à la grève du lait, une action à laquelle il s'était opposé la qualifiant «d'aberration».

Pourtant, ce mouvement a rassemblé les éleveurs, étranglés par la chute des prix, y compris certains adhérents de la FNSEA qui n'ont pas compris l'attitude de leur syndicat. Et surtout, il a su convaincre l'opinion publique de leurs extrêmes difficultés et mobiliser les politiques en faveur d'une régulation des marchés agricoles en Europe.

Les responsables locaux de la FNSEA, conscients du désarroi de la base, multiplient depuis plusieurs semaines avec les Jeunes Agriculteurs (JA), des actions. Strasbourg, Paris, Bordeaux, Auch, Toulouse, Arles, Lourdes, Chartres, Mans, ont été le terrain de manifestations destinées à faire monter la pression avant la journée de vendredi.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier