Modernisation des exploitations: "très mauvais signal" de l'Etat (agriculteurs)

AFP

Paysage breton.

La chambre régionale d'agriculture de Bretagne a dénoncé vendredi le "désengagement de l'État" dans un programme de modernisation des exploitations prévu jusqu'en 2020, y voyant "un très mauvais signal" à quelques jours du salon de l'agriculture.

"Pour la Bretagne en 2018, ce sont 11 millions d'euros de moins pour accompagner la modernisation des entreprises agricoles et leur adaptation aux enjeux de demain", écrit jeudi la chambre dans un communiqué.

"Ce plan était prévu jusqu'en 2020. Or, on a appris il y a huit jours que l'État avait décidé d'enlever 5,5 millions d'euros" à l'enveloppe prévue pour la région, a déclaré à l'AFP Jacques Jaouen, président de la chambre régionale. "C'est inadmissible. Quand on a fixé des règles, on ne les modifie pas en cours de route. C'est du respect, de la confiance", a-t-il dit.

Les fonds alloués à ces projets étant doublés à même niveau par des fonds européens (le fonds européen agricole pour le développement rural, Feader), au total la Bretagne perdra 11 millions d'euros, a déclaré M. Jaouen. "Il faut savoir que pour un euro d'aide au financement de ces projets, ce sont entre six et sept euros qui sont investis au total sur le territoire", dans les entreprises locales de bâtiment ou chez les fournisseurs d'équipement, a affirmé le président de la chambre régionale.

La décision de l'État casse la logique du projet de modernisation car "les nouvelles aides annoncées par le gouvernement ne vont pas aller directement à l'agriculteur. Ça va plutôt servir à de l'ingénierie financière, des garanties de prêts, par exemple", a expliqué M. Jaouen.

Dans le cadre de ce plan conçu avec l'État, le Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles (PCAEA), environ 5.000 exploitations, sur 35.000 en Bretagne, ont bénéficié de ces aides pour un montant de 120 millions d'euros depuis le début du programme en 2014. Le plan, qui s'adresse à toutes les filières, "était un vrai succès, malgré les difficultés actuelles" de la profession, a dit à l'AFP André Sergent, en charge du suivi de ce dossier et président de la chambre d'agriculture du Finistère.

Les chambres d'agriculture de Bretagne, première région agricole française, "alertent le gouvernement sur les graves conséquences économiques de ces décisions, et dénoncent son abandon des territoires en abandonnant ses engagements pour l'agriculture".

Sur le même sujet

Commentaires 4

DIGUE3942

la FNSEA a un mot d'ordre: la COMPETITIVITE ;ce besoin de compétitivité court plus vite que notre soit disant capacité d'adaptation ou investissement. cette compétitivité telle qu'elle on nous l 'assène n'est que mensonge et leurre. cette réalité nous amène à la situation catastrophique que nous connaissons.ce terme COMPETITIVITE s'applique à la lettre au domaine industriel ,mais dans le domaine agricole l'utiliser dans le même état d'esprit nous mène droit dans le mur et nous sommes dans cette actualité

péisanfocul

ras le bol de toutes ses aides dans tous les sens qui ne profitent qu'aux opportunistes.
ras le bol de cette logique de comptoir
ras le bol de ces aides qui profitent qu'aux mieux informés et aux premiers servis
ras le bol des agriculteurs chasseurs de primes et subventions
mais regarder le compte tenu des giee, beaucoup de baratin, beaucoup de gadget technique en vérité
rien pour ceux qui essaie dans leur coin
toutes ces aides devraient être réparties entre tous les agriculteurs
mais la profession dite solidaire accepte que le 1er pilier pac soit vidé pour le 2eme pilier pac qui ne profite qu'au plus opportunistes
l'information n'est pas transparente

loulou

écoute ce que je dit mais ne regarde pas ce que je fait toujours les meme
mais les paysans trinque
produiser propre mais le consommateur trouve dans leur magasins des choses interdite a la production de la meme façon en France (c est au norme dans ces pays la qui prefere les exporter que de les comsommer (pas fou quand meme))

JMB

Le ruissellement des aides s'arrête aux premiers de cordée (55 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires