Mortalité des abeilles : non-lieu pour Bayer dans l'enquête sur le Gaucho

Mortalité des abeilles : non-lieu pour Bayer dans l'enquête sur le Gaucho
En France, l'autorisation du Gaucho a été retirée en 1999 pour le tournesol

Treize ans après les premières plaintes, l'enquête pénale sur la commercialisation par le groupe Bayer du Gaucho et ses conséquences pour les abeilles s'est soldée par un non-lieu.

L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), partie civile, a fait appel de ce non-lieu. Le dossier sera donc de nouveau examiné par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. L'information judiciaire, ouverte en 2001, en pleine polémique sur ce pesticide, portait notamment sur des faits éventuels de tromperie, escroquerie et de destruction du bien d'autrui, en l'occurrence le cheptel apicole. Le groupe Bayer n'avait pas été mis en examen mais placé sous le statut de témoin assisté.

Dans son ordonnance de non-lieu,  le juge d'instruction relève notamment que "la communauté scientifique n'a pas démontré l'existence d'un lien de causalité entre l'introduction du Gaucho dans les cultures agricoles et l'augmentation de la mortalité des abeilles". Dans ce contexte, "appréhender les troubles du cheptel apicole sous l'angle pénal apparaît d'emblée malaisé", ajoute-t-il, en soulignant les autres facteurs qui interviennent dans la mortalité des abeilles.

Ces autres facteurs peuvent être des parasites comme le Varoa, le frelon asiatique ou la perte de diversité des cultures. Les apiculteurs ne contestent pas la multiplicité de ses causes mais soutiennent que les pesticides en sont la principale.

En France, l'autorisation du Gaucho a été retirée en 1999 pour le tournesol et en 2004 pour le maïs, en raison des risques pour les abeilles.  La substance chimique du Gaucho, l'imidaclopride, fait aussi partie des néonicotinoïdes dont la Commission européenne a suspendu l'usage pendant deux ans au printemps dernier sur certaines cultures.

Les plaignants accusaient également Bayer d'avoir caché la toxicité réelle du pesticide lors de l'obtention des premières autorisations de mise sur le marché. Mais pour des experts judiciaires sur lesquels s'appuie le juge, "les éléments objectifs du dossier ne permettent pas de dire que la société Bayer a été à l'origine d'une rétention d'information".

Sur le même sujet

Commentaires 5

moissoneur

bien cultilandes et serais bien aussi de remettre le colza cruiser qui n a aucun impact sur les abeilles je l ais pu le tester chez moi avec des ruchier carrement contre de grand champs de colza meme constat pour un gros apiculteur des charentes 2000 ruche c pas rien qui lui suivait les colza cuiser semences idem en allemagne maitenant avec colza sans cruiser l on traite 2 a 3 fois et je vous dit pas en bordure de pavillon la tete des riverains et l on peut les comprendre vu l odeur de c produits et de plus l efficaciter es moindre beaucoup de colza on du etre detruit .la cause es ailleur monsieur les apiculteurs beaucoup moins de tournesol qu autre fois d une et certainement les varietees d aujourdhui moins appetante aussi sanitairement source police sanitaire nationale vous n etes pas on point non plus

Cultilandes

Il serait donc grand temps, logiquement, d'autoriser à nouveau l'imidaclopride dont on n'a toujours pas trouvé un équivalent aussi efficace. L'imidaclopride est probablement déjà dans le domaine public, sinon bientôt, ce serait donc une solution économique et efficace pour lutter contre le taupin et de nombreux parasites affectant les graines, plantules et jeunes cultures!

gigi45

Et maintenant ils vont accuser les juges d'instruction d'être achetés par Bayer !
Après le non lieu pour le régent c'est la deuxième fois que la justice donne tort à l'UNAF. Il serait temps que les apiculteurs s'occupent des vrais problèmes !

apid

même pas sûre!!!! il serait capable d’accuser les apiculteurs de mal s'occuper de leurs abeilles!

lim

David contre Goliath! Forcément un non lieu pour Bayer trop puissant par rapport aux petites abeilles. Quand il n'y aura plus d'abeilles ils changeront peut-être d'avis mais se sera top tard!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier