Ne rien faire, c'est laisser faire... Paroles d'élèves

Christian Brayer

Ne rien faire, c'est laisser faire... Paroles d'élèves

Les élèves de 1ère et Terminale STAV (Sciences et Techniques de l'Agronomie et du Vivant) du Lycée Agricole de St Maximin ont visité le camp de Milles... PAROLES D’ÉLÈVES : Suite à notre dernière visite au camp des Milles, la classe de première STAV va tenter d'étayer sous vos yeux, ce qui nous reste en mémoire. Dix mille personnes ont réellement subi l'immense traumatisme dont il est question dans ce texte. Le camp des Milles se situe près d'Aix en Provence. Ancienne usine à tuiles et briques, les bâtiments se sont profondément tachés d'horreur ! En effet, de 1939 à 1940, ils vont d'abord rassembler les intellectuels Allemands et Autrichiens, considérés comme un potentiel danger pour la nation. Jusqu'en 1942, ce sera au tour des étrangers d'être internés puis déportés à Auschwitz, tout cela sous l'autorité du régime Vichy. Deux mille juifs dont cent enfants, ont été oubliés dans un néant incompréhensible, et dans la haine.

Ne rien faire, c'est laisser faire... Paroles d'élèves

Que nous reste t-il à penser ?

Dans cet enfer, l'hiver glacé qu'ont connu les prisonniers n'a rien refroidi. C'est à dire que leurs déplorables conditions de vie, témoignent d'une déshumanisation pendant la guerre. Comme une exception, quelques "justes" ont sauvés un petit nombre d'êtres.

Les élèves de terminale et de première chantent le chant des déportés.

Et notre ressenti ?

En nous, un horrible sentiment de dégoût. La haine nous fait peur et a suscité en nous l'incompréhension. L'esprit révolté s'éveille, et espère au moins que le passé ne surgisse à nouveau. Arthur, Carla, Laurie, Nicolas, Virginie, Jessica, Marion, Amélie, Michèle , Romane, Emeline et Jessica, tous élèves du Lycée. Merci aussi à Madame JACQUET GOMART, leur professeur d’Histoire.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier