nergies renouvelables : Dominique Bussereau prend la défense des biocarburants

SC

Dominique Bussereau, secrétaire d'État français chargé des Transports, estime qu'il ne faut « pas interrompre le mouvement qui est cours sur les biocarburants ».

« Il faut continuer » l'action pour les biocarburants, mais « sans engager d'usine nouvelle » en France, a déclaré Dominique Bussereau , hier, sur RMC et BFM TV. Il a rappelé qu'« une vingtaine d'usines de production de biocarburants étaient déjà prévues en France.

De son côté, le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a déclaré sur Radio Classique : »La question n'est pas celle des biocarburants mais de la place qu'ils occupent » rappelant que la France ne leur consacrera que 7 % à 10 % de ses surfaces cultivées en 2010, loin derrière le Brésil et les États-Unis (20 % à 30 %).

L'Allemagne, par la voix de son secrétaire d'État aux Transports, assure également ne pas vouloir toucher à l'objectif que s'est fixé l'UE : porter à 10% d'ici 2020 la part des biocarburants dans les transports. « Seuls environ 2% des surfaces agricoles mondiales sont utilisés pour les biocarburants, ce qui montre que la hausse des prix alimentaires n'est pas causée par les biocarburants », estime un membre du gouvernement allemand.

Ces déclarations font suite à celles de Jean-Louis Borloo, ministre français de l'Écologie, qui a annoncé, mardi, que la France souhaitait faire « une pause » dans les biocarburants de première génération.


Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier