nergies renouvelables : Réserver à l'agriculture une part des installations photovoltaïques

SC

Alors que le gouvernement s'apprête à mettre en place un nouveau cadre de soutien public à l'énergie solaire, la profession agricole réclame qu'une part des installations photovoltaïques soit réservée à l'agriculture et que le photovoltaïque au sol soit interdit sur les terres agricoles.

Le gouvernement a pour objectif de mettre en place « avant le 8 mars » un nouveau cadre de soutien public à l'énergie solaire, a confirmé le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu, à l'Assemblée nationale. La mission de concertation pilotée par Jean-Michel Charpin et Claude Trink doit remettre ses conclusions la semaine prochaine. Face à l'emballement de la filière photovoltaïque, les pouvoirs publics ont en effet annoncé début décembre un moratoire sur les nouveaux projets, dans l'attente de la mise en place d'un nouveau cadre de régulation. Ce moratoire prend fin le 8 mars.

Dans un communiqué, la profession agricole*, qui participe à la concertation ministérielle, estime que les propositions faites par les représentants des ministères ne sont pas suffisantes pour espérer un développement du secteur photovoltaïque. Elle revendique «une place ambitieuse pour l'Agriculture » dans la réalisation du schéma national de développement des énergies renouvelables et souhaite qu'une part des installations photovoltaïques soit réservée à l'agriculture.


Interdire le photovoltaïque au sol

Elle réclame également une réglementation stricte pour interdire le photovoltaïque au sol sur les terres à vocation agricole. Il y a moins d'une semaine, on apprenait notamment qu'EDF Energies nouvelles projetait de construire une centrale solaire sur 711 hectares de terres agricoles dans le Gard. «La priorité doit être donnée au secteur des moyennes et grandes toitures et non au sol comme il est envisagé actuellement », rappelle le communiqué, précisant que « Le métier premier d'un agriculteur est de produire pour nourrir les Hommes ».

Enfin, la profession agricole souhaite s'inscrire dans un plan sur 10 ans de participation des agriculteurs au schéma national de développement des énergies renouvelables. « L'État doit, dès maintenant, faire des choix et en assumer les responsabilités : permettre aux agriculteurs de mener à bien leurs projets alliant production d'énergies renouvelables et compétitivité de la Ferme France. Sans cela, les agriculteurs n'auront plus l'énergie … d'en produire ! »

* FNSEA, JA, APCA et Coop de France

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier