Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter google+ Youtube

Découvrez les Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Porcs
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit agricole, informez-vous ici

Mon espace
pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Actualités générales
  • >
  • Actualités
  • >
  • Nicolas Sarkozy : N'opposons pas l'écologie et l'agriculture »

18/01/11
Bas-Rhin - Actualités générales

Nicolas Sarkozy : N'opposons pas l'écologie et l'agriculture »

En Alsace, lors de la présentation de ses voeux au monde rural, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il ne fallait pas opposer écologie et agriculture. Il a plaidé pour une « agriculture durable, respectueuse de son environnement » et de « la santé des paysans ».

« N'opposons pas en France l'écologie et l'agriculture », a lancé Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait devant près de 2.000 personnes, à Truchtersheim (Bas-Rhin). « Les agriculteurs vivent de la nature et au milieu d'elle. Les présenter comme des ennemis de leur propre milieu de vie est inepte. Je veux réaffirmer clairement mon attachement à une agriculture durable, respectueuse de son environnement et qui ne met pas en danger la santé des paysans », a-t-il ajouté.

Selon lui, « c'est toute la question du Grenelle de l'environnement : nous essayons de réconcilier ces sujets fondamentaux que certains voudraient opposer sans cesse », a-t-il dit. « Ceux qui veulent opposer environnement et agriculteurs, ce sont ceux qui voudraient vous transformer en jardiniers, en cantonniers. Je n'ai rien contre, mais les agriculteurs sont des producteurs, pas les cantonniers du canton. Ils produisent, il ont du savoir faire », a-t-il insisté.

« La préoccupation environnementale est tellement importante qu'elle ne doit pas être l'apanage de ceux qui font profession d'écologisme », a-t-il également affirmé.

Nicolas Sarkozy défend la Politique agricole commune

A Truchtersheim, le président Sarkozy a également défendu la Politique agricole commune (PAC), qui doit être renégociée en 2013 pour sept ans. Pour M. Sarkozy, « la prochaine réforme de la PAC ne peut se résumer à une anticipation des concessions déjà considérables faites par la Commission européenne sur le volet agricole de l'OMC ».

Selon le président, avec « l'engagement de la France de près de 100 milliards d'euros pour soutenir les Etats européens en difficulté financière, nous avons largement contribué à la solidarité européenne. Nous n'avons donc pas à nous excuser de défendre la préférence communautaire et le budget de la politique agricole commune ».

Le chef de l'État, qui préside cette année le G20, compte également profiter de cette présidence pour tenter de « répondre aux problèmes » des agriculteurs. Il a demandé au ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, qui l'accompagnait en Alsace, de réunir au cours du 1er semestre 2011 ses homologues du G20 pour travailler dans cette optique, avec, comme feuille de route, l'amélioration de « la transparence des marchés agricoles », « la coordination des politiques agricoles », ainsi que la « régulation harmonisée des marchés des matières premières agricoles ».

Source : d'après AFP

Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h