Nord de France : Les chiffres marquants de l'agriculture au mois de septembre 2009

Agreste - Octobre 2009

Bovins

Le léger sursaut du cours des jeunes bovins en septembre n'aura pas permis d'atteindre le niveau de l'an dernier. Les cours des autres bovins, toujours inférieurs à ceux de l'an dernier, subissent néanmoins la même régression saisonnière.

 

 

Lait

Les livraisons de juillet, comme celles de juin sont légèrement supérieures à l'an dernier. Les cours suivent l'augmentation saisonnière habituelle, mais restent inférieurs de 6 à 7 €/hectolitre par rapport à la dernière campagne.

 

Porcs

Nettement inférieurs à l'an dernier et à la moyenne quinquennale depuis début mai, les cours se sont une nouvelle fois dégradés, creusant ainsi davantage l'écart avec la moyenne quinquennale.

Pomme de terre

Le marché est très difficile du fait des mauvaises conditions de récolte. Le commerce de la bintje, principale variété de la région, est quasiment nul sur le marché du frais, dont les besoins sont honorés par d'autres variétés. Pour les pommes de terre non lavées, il s'agit essentiellement de variétés cultivées dans la région. Les pommes de terre lavées, proviennent pour moitié de variétés cultivées en région Centre et Est. En industrie, la quasi totalité des besoins français sont couverts par les contrats. Par contre, les industriels belges achètent hors contrat de manière irrégulière des lots en France. A l'export, la situation reste la même qu'en août, les conditionneurs italiens achètent des quantités importantes d'Agata pour les stocker. Ce flux a nettement régressé en octobre et les débouchés habituels vers l'Espagne et le Portugal sont balbutiants. La faible demande pour l'ensemble des débouchés et les très nombreuses promotions dans les GMS entretiennent des cours faibles depuis le début de campagne.

Céréales

En blé tendre, le cours tient le cap bien que ce soit la Russie qui ait concrétisé la nouvelle affaire à destination de l'Egypte, qu'une nouvelle évaluation soit faite à la hausse de la production nord-américaine et que la demande intérieure reste limitée aux achats incompressibles. Les opérateurs français sont peu enclins à prendre des risques en pariant sur une plus forte baisse des cours du blé français. En blé, pour la récolte 2009, les cours affichent une légère hausse à 120€/t en base juillet rendu Rouen en qualité standard pour une livraison en octobre/novembre. L'écart entre le marché physique et le marché à terme se réduit. Le prix du blé sur Euronext, contrat novembre 2009 oscille entre121,50€/t et 125,75€/t.

La France a chargé 2,03 Mt au 25 septembre 2009 et est en conformité avec les prévisions d'exportations. En orge, les prix restent en dessous du prix de l'intervention. Pour l'orge de mouture, le marché affiche une certaine inertie tant au niveau de l'évolution des prix que des échanges commerciaux. Les cours en rendu Rouen récolte 2009 restent inchangés à 95€/t en base juillet livraison octobre. Pour les orges Brassicoles, récolte 2009, le marché est atone, la sébastian cote 95€/t pour de la livraison janvier 2010 et l'Esterel à 95€/t en nominal.

Variétés blé et orge récolte 2009

En Blé, les variétés semées sont comme les années précédentes très hétérogènes. Les huit premières variétés n'atteignent pas 53 % de la sole. Par contre il est à noter que parmi celles- ci, 6 sont classées en blé panifiable supérieur (BPS). Deux nouvelles variétés sont en haut de classement : Bermude et Premio. Si le premier critère de choix reste le potentiel de rendement, il est de plus en plus préconisé de semer des variétés tolérantes à la fusariose pour limiter au maximum les risques de mycotoxines à la récolte. Si la climatologie a été favorable cette saison, il n'en était pas de même les deux années précédentes. Pas de changement notable en orge, les mêmes 3 premières variétés représentent 51 % de la sole. Les 3 premières variétés brassicoles atteignent les 41 %.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier