« Notre-Dame-des-Landes » : la contestation monte

« Notre-Dame-des-Landes » : la contestation monte

13.000 à 40.000 personnes selon les estimations, d'obédiences très diverses, ont envahi samedi le bocage au nord de Nantes pour s'opposer au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

De 1972 à nos jours....

La première association d’opposants a été créée en 1972 par des agriculteurs du secteur de Notre-Dame-des-Landes. Dès la relance du projet en 2000, une nouvelle association d’opposants, l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport), a vu le jour. Rapidement, la contestation s’est élargie à des mouvements politiques ou écologistes.

Au mois d’avril 2012, deux agriculteurs ont entamé une grève de la faim qu'ils arrêteront un mois plus tard, après la promesse du Parti socialiste de Loire-Atlantique de stopper les expulsions sur les terrains pas encore acquis par le Conseil général, tant que tous les recours en justice n’ont pas été épuisés.

Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot, José Bové ainsi qu'une délégation de parlementaires Europe Ecologie Les Verts EELV faisaient partie du cortège. Ils se sont joints aux riverains et agriculteurs menacés d'expulsions, mais aussi aux sympathisants de tout bord motivés pour défendre la nature et l'habitat rural.

Le cortège s'étirait sur  quelque 5 km, du bourg de Notre-Dame-des-Landes jusqu'à un champ où se sont réinstallés les opposants après la destruction d'une trentaine de squats par les forces de l'ordre, au cours des semaines passées.

Décidé par l’État, approuvé par les collectivités locales socialistes, le projet d'aéroport a cristallisé, bien au-delà de son territoire, des mécontentements contre la "violence" des forces de l'ordre, la société de consommation, la disparition des terres agricoles, les multinationales, le bétonnage et un modèle de développement jugé dépassé.

Comme le Larzac des années 70, Notre-Dame-des-Landes (NDDL) est devenue la terre "à réoccuper". Et une victoire à arracher. Christian Roqueirol, 58 ans, secrétaire national de la Confédération paysanne, arrive de l'Aveyron où il est éleveur. Ancien squatteur du Larzac, il assure que cette lutte "ressemble à celle menée par des paysans sur le plateau du Larzac" contre l'extension du camp militaire.  

L'aéroport Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, va se construire sur près de 2.000 hectares "constitués majoritairement de terres humides à la biodiversité exceptionnelle et au pouvoir drainant irremplaçable", selon le mouvement transparti Utopia (PS, écologiste, Parti de gauche, altermondialiste).

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

neutron

A t'on besoin d'un immence aéroport prévu par le général De Gaule pour relier la France a New York avec le concorde ???

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier