OCDE: les politiques agricoles doivent changer pour nourrir 9 milliards d'êtres humains

OCDE: les politiques agricoles doivent changer pour nourrir 9 milliards d'êtres humains

Les politiques agricoles des pays de l'OCDE ne sont pas en phase avec les défis qui les attendent : nourrir 9 milliards d'habitants d'ici 2050 de manière durable et sûre, ont noté les ministres de l'Agriculture réunis pendant deux jours sous l'égide de l'OCDE.

"Si les politiques agricoles et alimentaires ont commencé à changer, les cadres d'action internes et internationaux ne sont pas suffisamment alignés sur les besoins qui se profilent", a indiqué l'OCDE dans ses conclusions. Le ministre de l'Agriculture américain, Tom Vilsack, avait ainsi estimé  jeudi que pour atteindre l'objectif de nourrir 9 milliards de personnes, "la production agricole devra augmenter de 70%" d'ici 2050. 

Les ministres de 23 pays réunis pendant deux jours à Paris ont travaillé sur de nombreuses pistes comme "le transfert de connaissances" et "la coopération internationale", a détaillé vendredi le ministre de l'Agriculture français, Stéphane Le Foll, qui a coprésidé la réunion avec son collègue américain. Dans la continuité de la COP 21 qui s'est également tenue à Paris, M. Le Foll a réaffirmé que "l'agriculture pouvait et devait être une solution pour lutter contre le changement climatique, comme en témoigne l'initiative française +4 pour 1.000+ sur le stockage du carbone dans les sols", qui rassemble à ce jour une centaine de pays et organisations internationales.

Une feuille de route

Les discussions ont permis "d'établir une feuille de route pour l'agriculture adoptée par plus de 50 pays et organisations internationales", selon le ministère français de l'Agriculture. "Des efforts spécifiques sont nécessaires, en particulier dans les pays en développement, pour offrir au secteur des conditions plus propices (de la santé à l'éducation en passant par les infrastructures physiques et les droits fonciers), pour encourager des investissements publics et privés  indispensables et pour permettre aux exploitations de toute taille, y compris  aux petites, de choisir la trajectoire de croissance qui leur offre le plus de perspectives", souligne par exemple l'OCDE.

Les ministres ont décidé de se "réunir de nouveau à l'OCDE dans les cinq à six années qui viennent pour faire le bilan de la mise en oeuvre des politiques" discutées lors de cette réunion.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

AIGLE201

Changeons d'abord notre façon de consommer et de commercialiser pour ne plus avoir 30% de nourriture gaspillée; c'est pas les politiques qui changerons les choses avec les lobby comme conseiller.

Crakers beulin

La politique agricole dans 34 ans, quel bande de nases, moi dans 34 jours je ne sais même pas si je pourrais payer mes factures et dans 34 semaines si je serais encore paysans. Aujourd'hui on est 6 milliards sur cette planète, les prix sont au plus bas, il y a des stocks partout et ça n'empêche pas a des millions de personnes de crever de faim et même en france les restos du coeur n'ont jamais accueuillis autant de monde. Avant de prévoir l'avenir faudrait peut-être dabord s'occuper du présent

acide

@dob j'aimerais que cela soit vrai, mais rien dans le modele agricole ne m'indique qu'effectivement les moutons que nous sommes n'attendent pas les consignes du grand mechant loup

dob

+1 pour acide.
Je rajoute que c'est surtout une question d'orientation de la production que de quantité de production.
De toute façon on ne va pas attendre du grand méchant loup des conseils pour le bien être des brebis...

CLOCHE215

voila, ça ce fera sans nous les paysans et plus besoin non plus de notre compétence!! les djhihadistes de tous bords manipulent la planète; triste réalité...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier