Organisations professionnelles : Divorce entre les chevaux de trait et les Haras nationaux

SC

Les professionnels de l'élevage de chevaux lourds, rassemblés dans l'association France Trait, annoncent leur décision d'évincer de cette activité les Haras nationaux.

Le président de l'association France Trait, Pierre Pasdermadjian, demande au nom des neufs races françaises* « le retrait total de la gouvernance de la politique du cheval de trait aux Haras nationaux ». Il met en cause l'inertie de l'établissement public administratif « englué » dans des négociations obligatoires avec l'ENE (École nationale d'équitation - Cadre noir de Saumur) pour la création d'un seul établissement.

France Trait, qui revendique 12 à 13.000 éleveurs, se prononce pour la création d'une maison mère, sorte de parlement du cheval de trait, qui devrait être légitimée par l'État. Son rôle serait d'organiser la politique d'élevage, de promotion et de valorisation du cheval de trait. De telles structures existent déjà dans le monde des courses de chevaux avec les sociétés-mères France Galop et Le cheval français (pour le trot).

Les Haras nationaux font état, dans leur rapport d'activité 2008, de 510 étalons de trait en service, dont 196 confiés à des éleveurs qui les entretiennent et les exploitent eux-mêmes. Ils estiment que l'étalonnage public, mis à la disposition des éleveurs, réduit les coûts et est un levier de maintien de certaines races menacées.

* bretons, cobs normands, mulassiers poitevins, percherons, comtois, auxois et parmi les plus menacées d'extinction, boulonnais, traits du nord et ardennais.

Source d'après AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier