Pas un mot d’agriculture au premier débat de la Droite et du Centre

Anne Sophie LESAGE

Pas un mot d’agriculture au premier débat de la Droite et du Centre

Ce jeudi soir avait lieu le premier des trois débats, de la Droite et du Centre, auxquels vont participer sept candidats. Durant les deux heures de débat, beaucoup de sujets ont été évoqués : terrorisme, laïcité, fiscalité, temps de travail et bien d’autres, mais l’agriculture n’était pas à l’ordre du jour.

Les candidats à la primaire de la Droite et du Centre

Pas un mot d’agriculture au premier débat de la Droite et du Centre

Ils sont sept sur le plateau.

 De gauche à droite :

Bruno Lemaire, Député de l’Eure et ancien ministre ;

Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien premier ministre ;

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne et ancienne ministre du Développement Durable ;

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République ;

Jean-François Copé, Député de Seine-et-Marne et maire de Meaux ;

Jean-Frédéric Poisson, candidat le moins connu, est président du parti chrétien-démocrate (PCD) depuis 2013, et enfin,

François Fillon, Député, ancien ministre et premier ministre. 

Chronomètre et lumière rouge, le ton est donné dès les premières minutes de l’émission « La primaire : le débat », diffusée en direct sur TF1 ce jeudi soir. Les candidats participeront à trois débats durant lesquels, ils exposeront leurs programmes respectifs, leurs idées, leurs atouts ... Bref, ils tenteront de convaincre le plus grand nombre.

Parmi les sujets abordés durant ce premier débat : terrorisme, laïcité, chômage, fiscalité, immigration, temps de travail et bien d’autres, mais les problématiques agricoles n’ont pas été évoquées. Reste encore deux débats aux sept candidats, les 3 et 17 novembre, pour se prononcer sur leurs ambitions pour l’agriculture française.

Les candidats ont dans le viseur les scrutins qui auront lieu les 20 et 27 novembre. Un « face à face », dernier débat télévisé, sera organisé entre les deux tours. Les élections seront ouvertes à tous, à condition de s’acquitter de deux euros et de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la Droite et du Centre. Le candidat élu à la primaire, sera le « prétendant » officiel à l’élection présidentielle de 2017. La Haute Autorité communiquera les résultats le 7 décembre.

 

Sur le même sujet

Commentaires 7

Bbm183

Je crois que vous n'avez pas bien suivi le débat. Les agriculteurs ont été cités quatre fois bien plus que n'importe quelle profession. Le débat en est resté sur les grands principes sans vraiment aborder les sujets précis. N'est ce pas plutôt la faute des journalistes qui ne posent pas les questions qui nous intéressent.

pietin 113

De toutes façons,on les connait,il est peut étre temps de passer à autres choses...

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

la bouffe est encore trop chère pour notre société de loisir parce qu'il y a d'autres besoins à assouvir. ne demandons pas trop à ces marionnettes qui sont passés à la télé hier soir tout simplement, je ne peux plus les VOIR...

agri en danger

Il y a quelques jours Mrs SARKOZY, LEMAIRE et consorts nous promettais(a qui voulait l'entendre) des jours meilleurs. Et hier pas un mot sur les crises que l'agriculture traverse depuis plusieurs années. Est ce que l'on est pas des électeurs comme tous les autres français? Où est ce que les politiques ne veulent pas nous faire des promesses qu'ils ne tiendront pas une fois de plus?

Electeur

130000 agris qui gagnent moins de 354€/mois et combien d'autres juste un peu plus!
130000 emplois menacés
La ruralité menacée
et personne n'en parle! pas même les syndicats agricoles( tous)
C'est là qu'on voit la déconnection entre le monde politique et journalistique des réalités du terrain.
tout ceci est le terreau à des comportements extrêmes( votes, suicide, révolution?,...)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier