Phytosanitaires : déboucher une buse au champ en limitant les risques pour sa santé…

CA 53 Chambre agriculture

Phytosanitaires : déboucher une buse au champ en limitant les risques pour sa santé…

C’est lors de la préparation de la bouillie phytosanitaire que les risques d’intoxication liés à l’exposition aux produits phytosanitaires sont les plus importants. Mais lorsqu’une buse se bouche au champ, il faut prendre ses précautions…

Un bouchage de buse = une exposition aux phytosanitaires

S’il est nécessaire de descendre dans la parcelle lors du traitement, on s’expose au brouillard phytosanitaire et à la culture traitée. En dehors du repliage manuel des rampes où il est difficile de ne pas marcher dans la culture traitée, il est possible, lors d’un débouchage de buse, de limiter l’exposition et donc les risques d’intoxication.

Une vérification et un nettoyage réguliers du pulvé (filtres, buses…), en dehors du contrôle pulvé obligatoire, permettent de limiter les bouchages de buse lors du traitement.

Des gestes simples à adopter pour réduire les risques

Quand une buse se bouche au champ, avant de descendre du tracteur, il est nécessaire :

- d’arrêter la pulvérisation,

- d’avancer de 5 mètres afin de ne pas marcher dans la zone traitée,

- de mettre des gants spécifiques phytos pour déboucher la buse ou bien la changer avec le jeu de buses de rechange stocké dans le tracteur,

- de se laver les mains avant de remonter sur le tracteur

Pour nettoyer une buse bouchée, après avoir retirer la buse du porte-buse, brosser avec une brosse dure pour retirer les restes de bouillie. Ensuite, passer un jet d’aire à l’aide d’une bombe à air comprimé pour extraire les impuretés. Rincer la buse à l’eau claire.

Des gestes à ne pas faire !

Ne pas utiliser d’instrument agressif comme une aiguille ou une pointe pour déboucher la buse, car les bords de l’orifice seraient endommagés, modifiant irrémédiablement le débit ainsi que la répartition (même si rien n’est visible à l’œil de nu).

Ne pas souffler avec la bouche dans la buse, la bouillie phytosanitaire sera propulsée sur tout le visage et les mains, favorisant ainsi la pénétration du produit dans le corps. Les expositions répétées aux produits (et donc des absorptions de petites doses), tout au long de son activité professionnelle, peuvent entraîner une accumulation de produit dans l’organisme et ainsi provoquer des effets retardés sur la santé (différentes maladies sont recensées telles que des cancers, des maladies neurologiques, des troubles de la reproduction...).

Simple, pratique… il faut juste s’habituer !

Marcher dans une zone de culture non traitée, des buses de rechange, une bombe à air comprimé (rechargeable avec le compresseur), une petite brosse, des gants jetables ou réutilisables…, ces gestes permettent de limiter les risques d’intoxications liés aux produits phytosanitaires et donc de protéger votre capital santé !

Sandrine LEPLÉ

Chambre d’Agriculture

pour Phyt’Eau Propre 53

http://www.mayenne.chambagri.fr/environnement/phyteau-propre-53.html

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires