Plan d'aide pour fruits et légumes : Des compensations insuffisantes

Les quinze millions d'euros débloqués par le gouvernement « ne sont pas à la hauteur de ce que nous attendions puisque les pertes sont considérables suite à l'E.Coli et à l'été pourri », a affirmé Xavier Beulin, président de la FNSEA.

Ce dernier s'est félicité des « engagements » du gouvernement pour faire évoluer la réglementation européenne en cas de crise. M. Beulin a aussi insisté sur la nécessité « d'aller plus loin » sur la question du coût du travail, une baisse d'un euro ne suffisant pas par rapport aux concurrents européens.

« Nous allons faire des déçus sur le terrain », a affirmé Bruno Dupont, président de la fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF). Angélique Delahaye, présidente des producteurs de légumes, met en garde contre le « mécontentement » des agriculteurs et souligne que « le souci, aujourd'hui, est que les trésoreries passent le cap ».

Guy VASSEUR, président des chambres d'Agriculture, déclare dans un communiqué : « Nous assistons à un véritable massacre des producteurs français, directement en concurrence avec les producteurs étrangers. A court terme, il faut sauver les exploitations de la faillite
et les mesures annoncées par le ministre ne sont pas suffisantes.

»Ces compensations ne compensent rien du tout« , estime pour sa part le président de la FDSEA des Pyrénées-Orientales, Yves Aris. »Aujourd'hui, vu les difficultés, le plan entier ne couvre pas les pertes du seul département des Pyrénées-Orientales« , a-t-il souligné.

M. Aris salue »l'analyse parfaite de la situation« faite par le ministre, mais regrette qu'il »n'ait pas intégré le niveau de difficultés des producteurs, et le trou creusé dans leur trésorerie par l'été 2011« , notamment dans le secteur des tomates, concombres, pêches-nectarines.

»On pensait que l'ouverture serait plus large, le passage est étroit« , a-t-il déploré. Pour lui, »la crise n'est pas seulement agricole, elle va devenir une crise sociale et écologique« .

L'aide financière annoncée par le gouvernement se découpe en deux volets:
15 millions d'euros pour soulager la trésorerie des agriculteurs, et 10 millions pour des mesures structurelles afin de réorganiser la filière.


Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier