Plan de consolidation : « le mécanisme ne fonctionne pas » selon Xavier Beulin

Lise Monteillet

Plan de consolidation : « le mécanisme ne fonctionne pas » selon Xavier Beulin
Xavier Beulin a présenté ses voeux à la presse le 5 janvier, à la FNSEA.

Face à l’insatisfaction grandissante du terrain, le président de la FNSEA souhaite un retour de l’ensemble des acteurs à la table du ministre de l’Agriculture. Le syndicat majoritaire est aussi en ordre de marche pour faire entendre la voix des agriculteurs pendant l'élection présidentielle.

« Le mécanisme ne fonctionne pas », estime Xavier Beulin, le président de la FNSEA, à propos du plan de refinancement de l’agriculture française, présenté en octobre. Une mesure phare de ce dernier prévoyait un fonds de garantie public permettant d’octroyer 1,5 milliard d’euros de prêts aux agriculteurs en difficulté. Mais très peu d'agriculteurs ont pu en bénéficier depuis sa mise en place. « C’est la raison qui m’a conduit hier à demander au premier ministre de prendre acte de ce dysfonctionnement et de revoir l’ensemble des acteurs pour qu’on puisse, enfin je l’espère, trouver la bonne solution. Il y a de l’insatisfaction sur le terrain, ça monte de plus en plus », explique-t-il.

Alors que la Coordination rurale, syndicat concurrent, souhaitait mettre en place une aide directe, la FNSEA s’était prononcée en faveur d’un système de refinancement des exploitations agricoles. « Vu le niveau de perte, on ne pouvait pas faire du saupoudrage » explique Xavier Beulin, dans une interview vidéo tournée le 4 octobre. « Récemment, le ministère de l’Agriculture a reconnu qu’on était au minimum à cinq milliards d’euros de perte sur la ferme France », complète le leader syndical. 

« Il est temps qu’on parle d’agriculture ! »

En ce début d’année 2017, l’autre grosse déception de la FNSEA concerne les primaires de la droite et du centre. « On n’a pas ou peu parlé d’agriculture pendant cette primaire. On verra ce que seront les débats de la gauche », souligne Xavier Beulin. Ce dernier s’impatiente : « il est temps qu’on en parle enfin ! Et pas seulement sous un angle compassionnel ou émotif (...) Il faut que nous redonnions des perspectives à l’agriculture française ».

La FNSEA compte sur plusieurs temps forts, en 2017, pour attirer l'attention des candidats. Lors du prochain salon de l’agriculture, elle ne laissera pas le champ libre aux militants du végétarisme, tout en souhaitant éviter « des heurts » au sein des pavillons. « Nous nous sommes beaucoup mobilisés sur ce fameux élevage dans la Creuse. (…) Après un incendie criminel, c’est quoi la prochaine étape ? Est-ce qu’on va aller sur une situation à l’anglaise où il y a déjà eu un meurtre d’éleveur contesté par son entourage ? On atteint aujourd’hui des limites en terme démocratique, de droit et de République », lance-t-il. Xavier Beulin estime que les agriculteurs ont aujourd’hui besoin des nutritionnistes, des scientifiques, des sociologues, pour « reprendre une parole plus positive ».

Plus tard dans l'année, à l’occasion du congrès de la FNSEA, le conseil de l’agriculture française (CAF) organisera une journée d’expression pour les candidats à la présidentielle. Cette formule avait déjà été testée en 2012. « J’espère que la grande majorité des candidats se prêteront à l’exercice », indique Xavier Beulin.

Ce congrès revêt aussi une importance particulière pour les adhérents de la FNSEA. Il s’agira d'élire leurs nouveaux représentants. Xavier Beulin se représentera-t-il ? « J’annoncerai fin janvier quelle sera ma position », précise le principal intéressé, qui ne veut pas « en faire des tonnes » autour de ce congrès électif. «  Quelle que soit ma position, il y aura un conseil d’administration, un bureau, un(e) président(e). Tout ira bien dans cette maison parce que les valeurs sont fortes ». 

Sur le même sujet

Commentaires 6

@GL

enfin l'autre realité qu il faut accepter c'est q ue les gens ne veulent pas payer , on est dans une société du tout gratuit , ou la priorité c'est vacances consommation a outrance de futilité chinoise
rappelons enfin que le monde tel qu on le vit n'exsite que parce qu'on surexploite la planete , qu on assure notre niveau d'europeen en surexploitant des pauvres chinois ou soudanais pour faire electronique et vetement contre peu d'argent

@GL

enfin soit realiste , les problemes sont que quoiqu'il arrive il y a -sauf années exceptionnelles -trop de matieres 1eres disponible si ce n'est pas la france qui le produit ce sera d'autres les industriels et les meuniers ne se genent pas pour importer
on pourrait avoir un pacte national pour dire notre consommation interieure sera payée le double ( ca passe puisque que la matiere 1ere ne represente rien , le blé ferait 8cts das la baguette le conso n y verrait rien puisque hausse ou baisse du blé la baguette augmente toujours tous les ans , mais pour ca il faudrait expliqué au beauceron qu il faut diviser par 2 leur rendement non eux veulent produire a fond et etre payé comme en 2012

pigouille

Il serait temps avant la présidentielle de renégocier la loi chasse (article L4263) qui est une escroquerie votée par le lobby chasse de l'assemblée nationale au détriment des paysans,de donner plus de poids au Safer afin de limiter les magouilles sur le foncier (S C I....),de rétablir un système de quotas sur toutes les productions animales ,d'avoir un réel plan protéine au niveau national........
Bonne année 2017

GL

Moitié de ceux qui nourrissent ce pays vont avoir cette année des revenus en dessous du seuil de pauvreté.
La politique qui a amener à avoir 0.04 € de blé dans une baguette de pain, c'est bien le chef de la FNSEA qui l'a cogérer, c'est pas Le Foll.

C'est bien l'aboutissement d'une volonté à ce que les matières agricoles arrivent à l'entrée des usines pour pas de sous, vous savez, la compétivité.

jj dargelos "PIVOT934"

rien a faire peux pas laisser sa place a un jeune terrible ça

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier