Plan de soutien aux éleveurs : Les syndicats agricoles réagissent

avec AFP

Si la Fnsea et les JA ont accueilli avec prudence, mais favorablement, le plan d'aide aux éleveurs dévoilé jeudi en Charentes par Nicolas Sarkozy, les syndicats minoritaires jugent ces mesures insuffisantes.

Nicolas Sarkozy « a pris conscience de la situation », a estimé Xavier Beulin qui s'est félicité des « réactions dans l'urgence » du président de la République sur deux points : les problèmes de logistique posés par l'acheminement des fourrages et le défaut de trésorerie pour certaines exploitations. Le président de la Fnsea estime toutefois qu'il faudra envisager, début septembre « lorsque nous aurons un bilan des exploitations et les conséquences chiffrées de la sécheresse », des mesures plus structurelles et des aides directes à certaines exploitations. Xavier Beulin a aussi salué la mise en place d'un plan de cinq ans de création de retenues d'eau et de réduction des volumes d'eau utilisés par l'agriculture.

Le président de Jeunes Agriculteurs, Jean-Michel Schaeffer, a également salué dans leur principe les mesures annoncées par le chef de l'État, tout en disant attendre de voir si et comment elles se concrétiseront. « Ce sont des déclarations de bonnes intentions. Maintenant, il faut voir l'action, attendre de voir ce qu'il y a derrière. On sait que le diable est dans le détail. On attend la mise en oeuvre », a dit Jean-Michel Schaeffer, en marge du congrès annuel des Jeunes Agriculteurs qui se tenait à Rodez jusqu'à jeudi.

Les syndicats minoritaires pour l'arrêt de la production de biocarburants

Les deux syndicats agricoles minoritaires, Confédération paysanne et Coordination rurale ont réagi, plus négativement. Pour la Coordination, «l'angoissante question des éleveurs, celle de savoir comment acheter le complément alimentaire indispensable pour faire un aliment correct à base de paille, ne semble pas effleurer l'esprit de Nicolas Sarkozy». Le syndicat estime que le chef de l'État «n'a pas pris la mesure des conséquences des récoltes de céréales grillées par la sécheresse qui vont entraîner un renchérissement des compléments alimentaires tout en mettant aussi en grande difficulté les céréaliers».Le syndicat a réitéré sa demande de mettre à disposition des éleveurs les deux millions de tonnes de céréales qui sont destinées en 2011 à fabriquer du biocarburant.

Selon la Confédération, si les mesures «vont donner un peu d'oxygène aux trésoreries des éleveurs.», les annonces du président de la République «sont insuffisantes ». Le syndicat estime qu'il faudrait avant tout interdire le broyage de la paille, arrêter la production de biocarburants et reporter d'un an toutes les échéances d'emprunt.


Publié par avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier