Plan Ecophyto : baisse de près de 6% de l’emploi des pesticides en un an

S C avec AFP

Plan Ecophyto : baisse de près de 6% de l’emploi des pesticides en un an
L'uitlisation des insecticides et herbicides a baissé de 11%.

L'usage des produits phytosanitaires a baissé de près de 5,7% entre 2011 et 2012, les agriculteurs réussissant enfin "à inverser la courbe", a annoncé lundi le ministre de l'Agriculture lors d'une conférence de presse, à l'occasion du point d'étape annuel du plan Ecophyto.

« Pour la première année, des résultats nettement encourageants ont été relevés puisque l'indicateur d’utilisation des produits phytosanitaires (NODU) enregistre une diminution de 5,7% entre 2011 et 2012 - et jusqu'à moins 11% pour les insecticides et herbicides » a annoncé le ministre Stéphane Le Foll à l’occasion de cette conférence. « On a inversé la courbe et de manière sérieuse alors que les conditions météo n'étaient pas forcément favorables", a expliqué Stéphane Le Foll. Pour lui "ce sont des résultats encourageants, même si nous ne sommes pas au bout de l'objectif".

Le plan Ecophyto, lancé en 2008 après le Grenelle de l'Environnement, vise à réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici 2018. Néanmoins, le gouvernement socialiste a pris ses distances avec cet objectif chiffré, estimant qu'il valait mieux encourager de nouvelles pratiques agroécologiques plutôt que de fixer un chiffre difficile à atteindre. L'enjeu, c'est de prendre l'expérience des pionniers de l'agroécologie et "faire en sorte que ça se diffuse", a expliqué Stéphane Le Foll.

Créer des géants du bio-contrôle

Le ministre a salué par ailleurs le déploiement de plus d'une centaine d'initiatives Ecophyto concrètes dont l'ensemble des agriculteurs peuvent aujourd'hui bénéficier : 3.400 bulletins de santé végétale en 2013, 300.000 professionnels détenteurs du Certiphyto, 5 plateformes pour la promotion de la lutte intégrée sur EcophytoPIC, 2 guides de bonnes (viticulture, polyculture), plus de 200 journées portes ouvertes dans les 1900 fermes du réseau Dephy,...

Ces fermes dites Dephy, qui visent à expérimenter des techniques économes en produits phytopharmaceutiques, ont identifié 90 systèmes de culture économes et performants  (lutte intégrée, bio-contrôle, désherbage mécanique, filets anti-insectes, etc.). Les lycées agricoles ont également mis en œuvre des projets novateurs et  particulièrement performants.

 Et "face aux géants de la chimie, il faut qu'on crée des géants du bio-contrôle", a plaidé Stéphane Le Foll.

Lutter contre les contrefaçons et les importations illégales

À la veille de l'examen de la Loi d'Avenir pour l'agriculture, à l'Assemblée nationale, le ministre a rappelé les outils qu'il défendra pour promouvoir la transition écologique : faire reconnaître les principes de la lutte intégrée dans la loi française, faciliter le recours aux produits de bio-contrôle, lutter contre les contrefaçons et les importations illégales de pesticides, et interdire toute publicité pour des pesticides vers le grand public en dehors des produits de bio-contrôle.

Lors du précédent point d'étape en 2012, le ministre avait laissé entendre qu'il envisageait de mettre en place une fiscalité incitative. Lundi, il a balayé cette possibilité. "Je suis extrêmement déterminé à ne pas rentrer, pour régler les grands problèmes d'écologie, dans des problèmes de fiscalité".

Sur le même sujet

Commentaires 7

Stratix

Il faudrait préciser que le chiffre de l'industrie a augmenté d'environ 7 % sur la campagne 2012 ( et encore environ 6 % en 2013)malgré une inflation prix trés faible.L'indicateur retenu rassure les autorités qui ont dépensé des centaines de millions d'euros mais ne reflète pas la réalité.Ceci est tout simplement liè aux conditions climatiques, car l'agriculteur raisonne plus que ne le pense le gouvernement .Un bon indicateur serait plutôt la variation ( à la hausse ou à la baisse) de la consommation ( = preuve du raisonnement). Cela n'a pas de sens de rechercher la baisse des phytos indépendamment des risques,de la production obtenue et de l'impact .

AIGLE201

On va pas en faire tout un plat pour 6%, alors que l'objectif est de -50% en 2018.

fairytales

oui tu as raison mais bon le bas volume ou tres bas volume , c'est quand on fait le total une dose au moins equivalente en produit epandu en 6 fois ou plus ( 6 fois le cout d'un passage d un passage de pulvé) , 6 fois le risque d'etre contaminé ( le remplissage c'est le moment ou il y a plus de risque) avec en plus des mixtures abracadabrantesques ( du sulfate d'ammo, de detergent, de plusieurs adjuvants de 41 ou 5 fondicides), l'utilisation de tres faibles doses c'est aussi multiplier les risques de resistances à la matiere active et c'est en plus des traitements a bonnes hygrometrie et bonne condition de vent et temperature...souvent la nuit ( 6 fois plus de chance de se prendre un coup de fusil si on a des maisons a coté)

bon sens 77

@ dd le fait de sortie de plus en plus le pulvé n'est pas signe de mettre plus de produits c'est signe de respect des directives de +en plus nombreuses d'interdire le mélange de produits.
De plus en passant plus souvent on passe avec des doses de matières active moins importante.
Mais pour cela il faut pratiquer surveiller sa plaine réagir en fonction des risques maladie ni trop tôt ni trop tard, comme un éleveur surveille son troupeau.
Les grandes cultures c'est un métier aussi!!!

Farmer45310

À quand le certificon pour hauts fonctionnaires et les politiques?????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires