PPE : profitez des aides aux économies d'énergie

Anne Beaulieu

Le Plan de Performance Énergétique accorde à nouveau des aides pour faire des économies d'énergie dans les exploitations agricoles en 2012. Un arrêté préfectoral de région du 13 janvier 2012 fixe les modalités d'aides au financement des investissements d'économies d'énergie, applicables dans les cinq départements des Pays de la Loire. Alors que le prix des énergies d'origine fossile est toujours à la hausse, la question des économies d'énergie est plus que jamais d'actualité. Des économies sont réalisables dans les exploitations agricoles. Elles nécessitent souvent la réalisation d'investissements dans des équipements plus performants que ceux déjà en place. Le Plan de Performance Énergétique (PPE) accorde des aides pour certains investissements les rendant ainsi plus facilement amortissables. La sélection des dossiers de demande d'aides à l'investissement se fait par appel à candidature. Les dossiers sont à déposer complets au guichet unique de la DDT du siège de l'exploitation.

Deux périodes d'appel à candidatures en 2012 :

- première période du 1er février au 13 avril 2012 ;

- deuxième période du 1er juillet au 15 septembre 2012.

Des dossiers de demande d'aides portant uniquement sur le diagnostic énergétique peuvent être déposés à tout moment auprès de la DDT. Ils seront subventionnés sur une enveloppe spécifique.

Articulation avec les autres dispositifs

L'aide PPE de l'État n'est pas cumulable, pour un même poste d'investissement, avec celles venant d'autres dispositifs comme le Contrat de Projets Etat-Région (CPER ).

Les demandes d'aide au titre du PPE peuvent être associées à une demande d'aide au titre du Plan de Modernisation des Bâtiments d'Élevage (PMBE) pour un même projet mais avec des postes de travaux différents.

Le diagnostic

C'est un préalable indispensable à l'obtention des aides aux investissements. S'il n'a pas été fait au préalable, il doit obligatoirement être joint à la demande de subvention durant les périodes d'appel à candidatures.

Il doit répondre à des consignes de réalisation.

Il doit faire l'analyse globale des consommations d'énergies directes et indirectes de l'exploitation ainsi que des émissions de gaz à effet de serre.

Il doit conduire à un projet d'amélioration avec l'établissement d'un rapport faisant état des analyses et préconisations.

Le diagnostic est subventionné.

Les investissements éligibles

1. Poste « bloc de traite » : récupérateur de chaleur sur tank, pré-refroidisseur, pompe à vide de la machine à traire

2. Éclairage spécifique lié à l'économie d'énergie (détecteur de présence...)

3. Échangeurs thermiques

4. Systèmes de régulation liés au chauffage et / ou à la ventilation des bâtiments ou au séchage et à

la ventilation des productions végétales (hors serre)

5. Équipements liés à un local de production et d'utilisation d'énergie renouvelable destinée au séchage en grange des fourrages

6. Équipement de substitut ion d'énergie fossile par une énergie renouvelable pour le séchage des productions végétales (hors fourrages)

7. Matériaux, équipements, matériels et aménagements pour l'isolation des locaux, des équipements et des réseaux (de chauffage et ventilation)

8. Chaudière à biomasse

9. Pompe à chaleur (PAC )

10. Production d'énergie en site isolé non connecté au réseau

11. Ventilateurs, turbines et trappes motorisées des systèmes de ventilation centralisée des bâtiments porcins.

Critères de priorités

Des critères de priorités sont définis. Les investissements permettant des économies d'énergie, particulièrement dans le cadre de la rénovation ou de la reconstruction de bâtiments, seront prioritaires.

Apprendre à faire des économies d'énergie dès maintenant est un gage de rentabilité face à la hausse continuelle du coût de l'énergie. Des solutions existent déjà pour réduire les consommations d'électricité, de gaz, de fioul dans les exploitations agricoles. Le PPE aide au financement de certains équipements, principalement dans les activités d'élevage. Il est néanmoins nécessaire d'avoir une vision globale des consommations à l'échelle de l'exploitation car certaines économies sont réalisables sans investissement. Cette réflexion peut être menée au travers des diagnostics énergétiques que réalise votre CERFRANCE, par exemple.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier