Premier débat de la Primaire de gauche

Anne Sophie LESAGE

Premier débat de la Primaire de gauche

Ce jeudi soir avait lieu le premier des trois débats de la primaire de gauche, auxquels vont participer sept candidats. Le premier tour du scrutin aura lieu le 22 janvier.

Les candidats à la primaire de gauche

Premier débat de la Primaire de gauche

Ils sont sept à débattre. De gauche à droite : 

Arnaud Montebourg, ancien ministre du redressement productif ;

Jean-Luc Bennahmias, ancien eurodéputé et président du Front Démocrate ;

François de Rugy, ancien membre d’Europe Ecologie-Les verts ;

Benoît Hamon, ancien ministre de l’Education nationale ;

Vincent Peillon, ancien ministre de l'éducation.

Manuel Valls, ancien Premier ministre ;

Sylvia Pinel, présidente du Parti Radical de Gauche.

C’est le premier round ce soir. Le fond bleu du précédent débat a été remplacé par un fond rose, en référence aux couleurs du Parti Socialiste. Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, François de Rugy, Jean-Luc Bennahmias, Sylvia Pinel et Vincent Peillon ont des règles très précises à respecter. Comme pour les débats de la primaire de droite, les sept candidats ont eu un peu plus de deux heures pour débattre et exposer leurs programmes concernant des grandes thématiques prédéfinies : en premier les problématiques économiques et sociales, puis le terrorisme, la sécurité, citoyenneté et république, avant de conclure en parlant de laïcité.

Parmi les premières questions : « un seul mot pour qualifier le bilan de François Hollande ? » Pour Arnaud Montebourg ce bilan est «difficile à défendre», pour Jean-Luc Bennahmias «Peut mieux faire». « Contrasté » pour François de Rugy, «un sentiment d'inachevé» pour Hamon et enfin «fierté !» répond Manuel Valls. Chacun ambitionne donc de faire mieux que le futur ex-président.

Jean-Luc Bennahmias, est le seul candidat à avoir brièvement évoqué le monde agricole. Convaincu de l'utilité d'instaurer un revenu universel, ce dernier a insisté sur l'importance de ce dispositif pour soutenir des professions dont le revenu est très faible, comme notamment les agriculteurs. 

Un seul « prétendant »

Les candidats ont dans le viseur les scrutins qui auront lieu les 22 et 29 janvier. Un « face à face », dernier débat télévisé, sera organisé à l’entre-deux tours. Le candidat élu à la primaire, sera le « prétendant » officiel à l’élection présidentielle de 2017.

Réunis sous le nom « la belle alliance populaire », cette primaire rassemble le Parti Socialiste et ses alliés, à savoir l’Union des démocrates et des écologistes, le Front démocrate, Génération écologie et le Parti écologiste. Les élections seront ouvertes à tous, à condition de s’acquitter de un euro et de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la Gauche. En 2011, la Primaire de gauche avait réuni 2,66 millions d'électeurs au premier tour.

Sur le même sujet

Commentaires 4

Th

Ils en ont rien à faire des agri et des autres ils place leurs amis assurent leur retraite

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

à electeur: bravo pour ton commentaire...

Bovins

Une belle bande de pompe à vélo. MLP2017

Electeur

je suis obligé d'écrire en deux fois à cause des 750 caractères maxi!

Lorsque la moitié du reste de la moitié des agriculteurs d'il y a 30 ans auront disparu, qui produira? Avec quelles qualités? Avec quelles rémunérations? Avec quel capital? J'espère que dans l'avenir, nos politiques et nos journalistes n'aient pas à connaître la faim mais je n'en suis pas sûr!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier